A l’approche du 7 février, Jovenel Moïse se trouve dans une situation vulnérable

0 516

Depuis son installation au pouvoir, selon plusieurs citoyens, son bilan est très maigre. L’échec est constaté, malgré la nomination de plusieurs premiers ministres. Le chef de l’Etat Haïtien est pour certains dans l’incapacité de se comporter en chef d’État. Jovenel Moïse continue de réitérer la fin de son mandat pour le 7 février 2022. Une envie contestée par se opposants depuis plusieurs années.

Démarqué par l’international

Au terme de son mandat, il est constaté vulnérable, surtout avec les décisions de la communauté internationale qui pendant ces derniers temps fait montre quelques désaccords avec le chef de l’État Haïtien. Avec des décrets très contestés, et qui sont pour ses détracteurs non conforme à la constitution. Des décisions qui prouvent à claire que Jovenel Moïse est perdu dans son jeu. Parallèlement,le Core Group qui, est l’un des alliés sûr du président, a déploré la décision sur la création de l’ANI qui est antidémocratique.

Un chef défié par son peuple

Le décret portant sur la sécurité publique, visant à condamner toute personne surprise en train de barricader la route sont considérées comme terroristes et seront condamnées à une peine de 30 ou 50 ans prison et une amende de 2 millions gourdes ou plus, est l’un des décrets mort qu’a signé Jovenel Moïse. Est l’un des décrets qui a marqué sa vulnérabilité étant que premier chef de la nation.

Pendant les séances mobilisations dans les rues depuis la sortie de ce décret, on a pu constater plusieurs individus à visage découvert érigeant des barricades enflammées sur la voie publique en ironisant le chef de l’État Haïtien. Est-ce une mauvaise définition du mot « chef » pour JoMo ou une précarité ?

Entourage

Le chef de l’État qui ne cesse de prononcer des discours pour exprimer ses préoccupations sur le phénomène de l’insécurité depuis plusieurs années de son mandat, se retrouve dans une situation « 2 pye nan yon grenn soulye ». Le soi-disant séquestration de la femme du commandant en chef de l’USGPN est l’une des scènes qui a tout à fait prouver aux yeux du peuple la connivence/l’amitié, de l’entourage du président avec les groupes armés. Dans une note audio tournant sur les réseaux sociaux, la belle mère de Dimitry Herard a avoué que son beau fils a pénétré les périmètres rouge du « Village de Dieu » (Zone de non droit) pour rapatrier sa femme sans rançon et sans aucun affrontement.

Autant plus, la communauté internationale a aussi sanctionné les anciens membres de son gouvernement pour avoir participé à la planification de la massacre historique faite à La Saline le 13 novembre 2019.

Promesses et réalisations

Jovenel Moïse, au cours de sa campagne présidentielle a toujours promis de donner une vie sociale meilleure à la population Haïtienne  » Manje nan asyèt, Lajan nan pòch » sont les phrases phares qu’a toujours relaté ce dernier. Au cours de son mandat, la population vit encore les moments de faim, de chômage, des vies malsaines, particulièrement du côté de la masse défavorisée. Ils continuent de plaigner leur misère.

Selon ce citoyen qui vit dans un quartier populeux, le bilan de Jovenel Moïse est vide.
 » Mwen menm si m pale de bilan se kòve m ap fè, paske m pa wè anyen pou m fè bilan. Tandis, ce vieillard communément appelé Titoto, parle de boycottage, pour lui le secteur de la bourgeoisie est le véritable complice de l’échec du chef de l’État actuel.

« Kouran 24/24 » un rêve « out » pour le président « Black ».

Toujours dévoué à atterrir son projet, le président accuse certains membres du secteur privé des affaires qui, selon lui sont les premiers à se mettre en travers de son passage pour empêcher de concrétiser ce projet. Mais, beaucoup questionne son rôle de chef de l’État.

 » Prezidan pa ta dwe ap plenyen pou moun ki anpeche l fè yon bagay, yon moun ki chèf dwe mete kanson l nan tay li pou l kontrekare moun ki vle bare l« , a opiné un jeune garçon sous couvert d’anonymat, il qualifie de prétexte ces genres de déclarations.

« Karavàn Chanjman« 

Après tant de publicités faites sur les médias traditionnels et d’autres plateformes, la population questionne encore sur les changements qu’apportent ce projet. « Nèg bannann nan » devrait-il aussi se douter de son projet « agricole » promis lors de sa campagne ? Faciliter la production agricole, soutenir les paysans dans leurs travaux, une question que les paysans répondent.

« Karavàn chanjman se wè nou wè li pase an defile gwo materyèl yo. Men fòk nou di tou gen yon lè yo te vini ak yon pwojè pou bay semans, yo te kòmanse fè labouraj pou plizyè peyizan, men jiskaprezan nou pa konn kote pwojè sa pase »

a expliqué un citoyen résidant dans la première section de la commune de Torbeck (Bourry).

Les institutions

La population haïtienne est depuis quelques mois livrée à elle-même à lutter contre la force de l’insécurité avec seulement les cris de désespoir, les larmes, les peurs. L’institution policière (PNH), n’est d’aucune importance pour les bandits, mais plutôt cette institution selon les dits de plusieurs citoyens se met au travers pour rompre les protestations de la masse. Plusieurs citoyens déplorent les actes arbitraires des agents de la PNH.

« Nan yon peyi tout enstitisyon ki la pou sèvi pèp la se anfas li yo kanpe, lapolis kounya sèvi bra dwat pouvwa pou anpeche pèp la manifeste, yon sèl mwayen pou nou pran souf se kraze leta sa », a déclaré avec force un militant lors du mouvement protestations de l’opposition le 18 novembre 2020.

Jovenel Moïse en mode de l’inconscient avec ces décrets contestés par les plusieurs couches de la population, veut à tout prix conserver son titre de chef de la nation en prônant que son mandat prendra fin en 2022. De l’autre côté les leaders de l’opposition se prépare déjà pour la passation du pouvoir le 7 février 2021.

Les débats restent encore tendus. Le bilan est passif pour certains. D’autres accusent plusieurs secteurs empêchant la concrétisation des projets du gouvernement, ils estiment que Jovenel Moïse fait montre son incapacité.

7 février 2021 une date qui tienne les débats. Jovenel Moïse serait-il en mesure de garder les commandes jusqu’en 2022?

A suivre…

Maxime Louissaint

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More