À l’ONU, la France exprime sa préoccupation face à la dégradation de la situation en Haïti.

0 42

Lors d’une séance virtuelle du Conseil de Sécurité de l’ONU, le lundi 22 février 2021, où le président de facto Jovenel Moïse a présenté un bilan sur la situation sociopolitique du pays, la représentante de la République Française à l’ONU, Nathalie Estival Broadhust, a soulevé la préoccupation du gouvernement français face à la dégradation de la situation sociopolitique en Haïti.

 » Les autorités haïtiennes , depuis un an, gouvernent par décrets et certains décrets sont une source d’inquiétude notamment celui créant l’agence nationale d’intelligence, celui sur le terrorisme ou encore celui qui a conduit au renvoi des juges de la Cour de Cassation pourtant inamovibles selon la constitution », a expliqué Nathalie.

L’impunité est aussi constatée par l’État français, si l’on en croit les mots de la représentante française qui s’est penchée sur le cas de Jimmy Chérizier alias « Barbecue » qui traine encore dans la nature.

« Je pose la question sans détour M. le Président comment est-il possible aujourd’hui que Jimmy Chérizier soit encore en liberté ? Les résponsables des massacres de la Saline, de Bel-Air doivent être traduits en justice. Je constate également que l’enquête sur l’assassinat de Monferrier Dorval ne progresse pas » a lâché Mme. Broadhust.

La France par l’intermédiaire de sa représentante à l’ONU exhorte l’État Haïtien à redoubler d’effort face à la recrudescence des cas de violences et la multiplication des cas d’enlèvement par les gangs. La lutte contre l’impunité doit être la priorité des autorités, dit-elle.

Maxime Louissaint.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More