À l’ONU, la France exprime sa préoccupation face à la dégradation de la situation en Haïti.

À l'ONU, la France exprime sa préoccupation face à la dégradation de la situation en Haïti.

Lors d’une séance virtuelle du Conseil de Sécurité de l’ONU, le lundi 22 février 2021, où le président de facto Jovenel Moïse a présenté un bilan sur la situation sociopolitique du pays, la représentante de la République Française à l’ONU, Nathalie Estival Broadhust, a soulevé la préoccupation du gouvernement français face à la dégradation de la situation sociopolitique en Haïti.

” Les autorités haïtiennes , depuis un an, gouvernent par décrets et certains décrets sont une source d’inquiétude notamment celui créant l’agence nationale d’intelligence, celui sur le terrorisme ou encore celui qui a conduit au renvoi des juges de la Cour de Cassation pourtant inamovibles selon la constitution”, a expliqué Nathalie.

L’impunité est aussi constatée par l’État français, si l’on en croit les mots de la représentante française qui s’est penchée sur le cas de Jimmy Chérizier alias “Barbecue” qui traine encore dans la nature.

“Je pose la question sans détour M. le Président comment est-il possible aujourd’hui que Jimmy Chérizier soit encore en liberté ? Les résponsables des massacres de la Saline, de Bel-Air doivent être traduits en justice. Je constate également que l’enquête sur l’assassinat de Monferrier Dorval ne progresse pas” a lâché Mme. Broadhust.

La France par l’intermédiaire de sa représentante à l’ONU exhorte l’État Haïtien à redoubler d’effort face à la recrudescence des cas de violences et la multiplication des cas d’enlèvement par les gangs. La lutte contre l’impunité doit être la priorité des autorités, dit-elle.

Maxime Louissaint.

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay