Arrestation de Felix Badio | Entre doutes et théorie du complot, Pierre Espérance apporte des précisions

Arrestation de Felix Badio | Entre doutes et théorie du complot, Pierre Espérance apporte des précisions

Considéré comme étant le cerveau de l’opération qui a amené à l’assassinat de Jovenel Moïse, dans la nuit du 6 au 7 juillet 2021, l’arrestation de Joseph Félix Badio, jeudi 19 octobre dernier, à Petion-Ville, a fait l’effet d’une bombe en Haïti comme partout ailleurs. Alors que plus d’un doutent encore de cette interpellation, d’ailleurs confirmée par la PNH, d’autres soutiennent que c’est le cas et que l’inculpé aurait été appréhendé depuis des lustres car il ne se cachait pas. Un point avancé par le défenseur des Droits Humains, Pierre Espérance.

“Badio ne se cachait pratiquement pas, bien qu’il ne circulait pas non plus comme tout le monde. Cependant, il fréquentait toujours les supermarchés dans la commune de Petion-Ville. Tant tôt, il se fixait à Delmas, et d’autres fois, à Vivy Mitchell. Certain révélait même qu’il se rendait parfois à Montagne Noir dans le cadre de rencontres privées” a fait savoir le Directeur Exécutif du Reseau Nationale de Défense des Droits Humains en Haïti qui intervenait à la Radio Télévision Métropole, vendredi.

Parallèlement, M. Esperance n’a pas hésité pour soutenir que celui qui est considéré comme l’un des suspects clés du crime sur la personne du feu Président aurait déjà été appréhendé si les forces de l’ordre avaient réellement la volonté de le trouver. “Ceux qui le voyaient, informaient d’habitude la Police, mais celle-ci n’y intervenait pas” a-t-il lâché.

Toutefois, il a souligné que son arrestation est un pas important pour l’avancement de l’enquête qui doit permettre de trouver le ou les principaux auteurs de l’acte crapuleuse à Pèlerin 5. “Badio est un véritable plaque tournante car il a joué un rôle de premier plan. Tour à tour, il a été en contact avec plusieurs de ceux qui avaient fomenté le plan de l’assassinat notamment l’ancien DG de l’USGPN, Dimitri Herard ; l’ancien DG de la PNH et actuel Représentant d’Haïti auprès de l’OEA, Léon Charles ; etc”, a poursuivi le Directeur Exécutif de la structure qui entend défendre les droits humains en Haïti.

Décrivant le profil de celui qui côtoyait la famille présidentielle, M. Espérance a avancé que l’ancien membre des Forces Armées d’Haïti (FAD’H) était pressenti à devenir Ministre de l’intérieur dans le gouvernement, nommé quelques heures avant le crime, qui allait succéder à celui de du Premier Ministre, à l’époque, le Dr Claude Joseph. Une manière, pour le défenseur des droits humains, d’expliquer et de prouver le lien étroit qui existe entre l’inculpé et l’actuel locataire de la Primature, Dr Ariel Henry.

“Même au moment où la DCPJ avait rendu public son rapport d’enquête sur l’assassinat de Jovenel Moïse, le neurochirurgien avait clairement fait savoir que Felix Badio, qu’il connaît, ne pourrait en aucun cas être l’auteur de ce dont on lui reproche” a-t-il rappelé tout en soutenant que le Chef du gouvernement risquerait de tomber si l’interpellé décide de coopérer avec la justice.

L’arrestation de l’ancien des FAD’H survient à un moment où les yeux sont fixés d’une part, sur le titulaire de la Primature, en réunion avec les responsables de la CARICOM et du Canada ; d’autre part, de l’ancien Président, Michel J. Martelly dont le nom figure dans un rapport d’un Groupe d’experts de l’ONU le dénonçant comme personnalité politique qui a favorisé la corruption dans le pays et qui a alimenté et soutenu les violences des gangs armés criminels qui terrorisent quotidiennement la population haïtienne. De ce fait, nombreux sont ceux qui pensent que l’interpellation spectaculaire de Felix Badio, à Petion-Ville, demeure un coup de maître de l’ancien du Palais National, une manière à lui de mettre Ariel Henry dans ses petits talons.

Répondant à toutes ces théories à tendance complotiste et revancharde, Pierre Espérance a soutenu que l’arrestation du “Protégé du Premier Ministre Ariel Henry ” n’est qu’une simple formalité. Une démarche de quelques policiers affectés au commissariat de Petion-Ville, soucieux de faire leur travail comme ça doit.

LIRE AUSSI

PressLakay