Assassinat de Jovenel | L’ancien DG de la PNH Léon Charles se lave les mains

Assassinat de Jovenel | L’ancien DG de la PNH Léon Charles se lave les mains

Faisant l’objet d’accusation dans l’ordonnance du juge Walter W. Voltaire relative à l’assassinat de l’ancien Président Jovenel Moïse, l’ex DG de la PNH, Léon Charles a fait savoir qu’il n’avait pas le commandement directe des troupes qui étaient chargées d’assurer la sécurité du feu Chef-d’État.

Alors que l’instruction du magistrat a pris fin, depuis fin janvier, et que son ordonnance est déjà acheminée au Parquet de Port-au-Prince, plus d’un attendent que l’action publique soit mise en mouvement contre toutes les personnalités qui y sont indexées. Parmi les individus renvoyés par devant le tribunal criminel par le juge Voltaire, on trouve l’ancien DG de la Police Nationale d’Haïti, Léon Charles.

Des accusations que l’ex chef de l’institution policière rejette d’un revers de main. Cependant, il pointe du doigt d’autres personnes dont le directeur du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH), Pierre Espérance, et aussi, sans citer son nom, l’ancien chef de l’unité spécialisée qui assurait la sécurité du feu Président.

Dans une interview accordée à VOA Kreyol, mardi 27 février 2024, l’ancien numéro un de la PNH a fait savoir que c’est le responsable de la garde rapprochée de l’ancien dirigeant assassiné qui l’a “livré”. L’ex-responsable de l’institution policière a soutenu qu’il n’avait pas de commandement directe sur les troupes chargées d’assurer la sécurité de l’ancien Président.

En réponses aux accusations portées à son encontre dans le document du magistrat instructeur, Léon Charles a affirmé que ce n’était pas le président qui l’avait interpellé la nuit du crime mais plutôt le chef qui gère les unités spécialisées du Palais National, sans citer de nom.

“J’ai ordonné comme je le devait au moment de l’opération. C’est la chaine de sécurité du Président qui n’avait pas répondu” a soutenu l’ancien DG tout en affirmant n’avoir commis aucune erreur.

Il faut souligner que l’ancien ambassadeur d’Haïti auprès de l’OEA a récemment démissionné de son poste afin de laver son honneur, disait-il, bien que d’autres personnalités comme le responsable du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH), M. Pierre Espérance estime qu’il a été limogé sur requête expresse du gouvernement américain.

LIRE AUSSI

PressLakay