Assassinat de Jovenel Moïse | Un ancien soldat colombien condamné à la prison à vie aux États-Unis

Assassinat de Jovenel Moïse | Un ancien soldat colombien condamné à la prison à vie aux États-Unis

Bien qu’il a joué un rôle mineur dans le complot visant à assassiner le Président Jovenel Moïse, l’ancien soldat colombien, Mario Antonio Palacios Palacios, a été condamné vendredi 1er mars 2024, à la peine maximale par un tribunal fédéral de Miami.

Alors que le dossier relatif à l’assassinat du feu Président marche à pas de tortue et garde son suspens en Haïti, surtout après que le juge instructeur ait remis son ordonnance au Parquet de Port-au-Prince, aux États-Unis, il en est autrement. En effet, avec plusieurs condamnations, la justice américaine semble bien décidée à mener jusqu’au bout cette affaire de meurtre sur la personne de l’ancien chef d’État Jovenel Moïse.

Après l’homme d’affaires haïtiano-chilien, Rodolphe Jaar ; l’officier colombien à la retraite Alejandro Rivera García ; l’ex Senateur John Joël Joseph ; et tout récemment, l’ancien informateur du Drug Enforcement Administration, Joseph Vincent, c’est maintenant au tour de l’ancien militaire colombien, Mario Antonio Palacios Palacios à être condamné à la prison à perpétuité aux États-Unis.

Palacios, 45 ans, qui a plaidé coupable en décembre du complot de meurtre couvrant le sud de la Floride, Haïti et la Colombie, est devenu le cinquième accusé dans l’affaire américaine devant le tribunal fédéral de Miami à être condamné à cette peine. Bien qu’un procureur a déclaré qu’il n’avait pas participé aux discussions opérationnelles lors des réunions clés avant l’assassinat du 7 juillet 2021.

Pour sa défense, son avocat a admis qu’il avait appris tardivement que le plan de l’arrestation de l’ancien locataire du Palais national avait été changé en assassinat. L’homme de loi a aussi souligné que son client n’était pas dans la pièce où le président a été abattu par d’autres commandos colombiens.

« Il n’avait aucune idée de ce qui se passait contrairement aux autres accusés dans l’affaire américaine jusqu’à la veille de l’agression meurtrière, a déclaré l’avocat Alfredo Izaguirre au juge, l’exhortant à condamner Palacios à 30 ans de prison.

« Il était dans une autre pièce et n’a utilisé son arme à aucun moment de l’opération », a poursuivi l’avocat de Palacios.

Selon Miami Herald, le juge de district américain José Martinez qui a tout de même exprimé sa « sympathie » pour la situation de l’accusé, a finalement déclaré qu’il se sentait limité par la loi car le complot pour lequel il a plaidé coupable impliquait l’assassinat d’un président.

« Je ne pense pas pouvoir aller en dessous d’une peine d’emprisonnement à perpétuité », a lâché le juge Martinez lors de la prononciation du verdict finale.

Aux États-Unis, il semblerait que toutes les personnes qui ont plaidé coupable finiront par écoper de la peine capitale. Pendant que le dossier de ce crime abominable sur la personne du feu Président traîne en Haïti et qu’il paraît même sur le point d’être instruit à nouveau par un autre juge, les condamnés à perpétuité commencent à se multiplier par la justice américaine.

LIRE AUSSI

PressLakay