Assassinat de Jovenel Moïse | Un quatrième suspect clé plaide coupable aux États-Unis

Jovenel Moïse ancien président d'Haïti

L’haïtiano-américain, Joseph Vincent a admis, mardi 5 décembre2023, devant un tribunal fédéral à Miami, avoir participé à des réunions, qui ont mené à l’assassinat de l’ancien Président Jovenel Moïse. L’ex-informateur de la DEA devient le 4e des 11 suspect aux États-Unis a plaidé coupable dans cette affaire. Il risque la prison à perpétuité.

Le dossier de l’assassinat crapuleux de l’ancien Chef d’État haïtien avance à grand pas en terre américaine. Si en Haïti, les auditions continuent à se multiplier, aux États-Unis se sont les condamnations qui commencent à devenir monnaie courante. Après l’officier à la retraite de l’armée colombienne, Germán Alejandro Rivera Garcia, alias « Colonel Mike », l’homme d’affaires Haïtiano-Chilien, Rodolphe Jaar et l’ancien sénateur haïtien, John Joël Joseph, c’est maintenant au tour de Joseph Vincent de passer aux aveux. En effet, l’ancien informateur de la Drug Enforcement Administration a plaidé coupable, mardi, devant un tribunal fédéral à Miami.

Vincent, 58 ans, a donc admis, dans une déclaration factuelle déposée avec son accord de plaidoyer, avoir rencontré un groupe de co-conspirateurs en Haïti à la veille du crime. Lors de la réunion, l’accusé a indiqué qu’il portait une épinglette du Département d’État américain pour se donner une apparence officielle auprès de ses homologues haïtiens, indique le communiqué.

Toujours selon l’inculpé, il avait également participé à un plan visant à susciter des mouvements de protestations contre l’ancien dirigeant haïtien. Ces derniers serviraient comme couverture pour expulser Jovenel Moïse par la force tout en utilisant des armes pour y parvenir.

Enfin, Joseph Vincent a indiqué dans le communiqué qu’il avait rejoint d’autres co-conspirateurs dans un véhicule qui se rendait au domicile du feu Président à Pèlerin 5 lorsqu’un groupe de commandos colombiens l’a assassiné.

En réaction, le juge de district américain, Jose Martinez a demandé à l’ancien informateur de la DEA si toutes ces informations étaient « vraies » lors de l’audience de mardi, ce dernier a répondu que toutes les allégations sont vraies. « Oui, c’est vrai, votre honneur », a-t-il déclaré.

Joseph Vincent a plaidé coupable de complot. Il risque donc la prison à vie lors de son audience de détermination de la peine devant le juge Martinez le 9 février 2024. Au cours de l’audience, le procureur fédéral, Frank Russo a pris le temps de mettre en lumière le rôle de l’inculpé dans le complot de meurtre.

« Vincent a donné des conseils à ses co-conspirateurs sur la situation politique haïtienne. Il a assisté à des réunions avec d’importants dirigeants politiques et communautaires haïtiens et portait fréquemment une épinglette du Département d’État Américain, ce qui avait pour effet de laisser croire aux autres qu’il était employé par le Département d’État Américain.” a précisé le procureur.

À noter que l’accord de plaidoyer a été signé par Vincent, son avocat de la défense, Kenneth Swartz, et les procureurs fédéraux Andrea Goldbarg, Monica Castro et Russo. Avec ses aveux combien important pour l’avancement de cette affaire tant qu’au niveau de la justice américaine qu’à celle haïtienne, Joseph Vincent devient le premier citoyen américain a plaidé coupable dans l’affaire de l’assassinat de Jovenel Moïse.

LIRE AUSSI

PressLakay