Au Guyana puis au Kenya, un programme chargé pour Ariel Henry en déplacement officiel

Au Guyana puis au Kenya, un programme chargé pour Ariel Henry en déplacement officiel

Le Premier Ministre de facto Ariel Henry a quitté le pays, ce dimanche 25 février 2024, à destination du Guyana pour participer à la a participation à la 46e réunion ordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de la CARICOM. Le locataire de la Primature se rendra ensuite au Kenya pour finaliser les modalités du déploiement de la MSS.

Un programme plutôt chargé pour le chef du gouvernement, vivement décrié, qui vient de laisser le pays, ce dimanche. Pour cette fois, c’est à Georgetown, capitale du Guyana, qu’il s’est rendu dans le cadre d’une visite officielle. En effet, le titulaire de la Primature a déposé ses valises dans ce pays de la région pour participer à la 46e réunion ordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de la CARICOM qui se tient du 25 au 28 janvier 2024.

Durant la première rencontre d’aujourd’hui, la participation des pays de la Caraïbe au déploiement de la Mission Multinationale de Soutien à la Sécurité (MSS) sera à l’ordre du jour, selon la Primature. Les dirigeants des États de la Communauté Caribéenne discuteront aussi sur d’autres sujets d’intérêt national, lors de cette réunion de quatre jours consacrée notamment à l’économie, au marché unique et à la libre circulation.

Il faut aussi souligner qu’en marge de la première journée de la 46e réunion des chefs d’État de la CARICOM, le Premier Ministre de facto aura l’occasion de rencontrer les dirigeants de plusieurs États membres lors des panels ainsi que des rencontres bilatérales. Une occasion de plus pour le chef du CSPN d’évoquer la crise sécuritaire qui sévit actuellement dans le pays tout en sollicitant des soutiens auprès de ces nations pour y remédier au plus vite.

D’après la Primature, après la réunion de l’organisation régionale, Ariel Henry se rendra à Nairobi, au Kenya, pour finaliser les modalités du déploiement de la Mission Multinationale de Soutien à la Sécurité avec des autorités kenyanes et celles d’autres pays du continent africain.

À rappeler que mercredi 14 février dernier, des délégations des deux pays étaient réunies, à Washington, sous pour signer un accord pour une conformité des législatiations des deux pays concernés. Un document que la Cour Constitutionnelle de ce pays d’Afrique de l’est avait exigé pour autoriser le déploiement des policiers kenyans sur le territoire haïtien.

À noter que l’intérim est assuré par le ministre de l’Économie et des Finances, Monsieur Michel Patrick Boisvert, en l’absence du Premier Ministre.

LIRE AUSSI

PressLakay