Avec l’aggravation de la crise sécuritaire la vie devient davantage plus chère en Haïti

Avec l’aggravation de la crise sécuritaire la vie devient davantage plus chère en Haïti

Avec l’augmentation sans cesse du prix des produits de première nécessité, la vie devient de plus en plus chère en Haïti. Déjà que le pays fait face à une grave crise sécuritaire qui le plonge dans ce qui s’apparente au chaos, les habitants sont confrontés quotidiennement à l’insécurité alimentaire.

Avec l’aggravation de l’insécurité en Haïti notamment dans la région métropolitaine, et une crise politique pérenne, les Haïtiens sont comme pris entre l’enclume et le marteau. Ils sont obligés de fuir leurs domiciles pour échapper aux violences perpétrées par les gangs armés. Dans la région métropolitaine, les enfants n’ont plus accès à l’éducation et aux soins de santé. Et pour couronner le tout, ils font face quotidiennement à la cherté de la vie qui ne cesse de s’amplifier.

Effectivement ! Et cette tendance ne semble pas prête à s’arrêter dans un pays où sa capitale est complètement prise d’assaut par des bandes criminelles qui ont contraint le principal aéroport à fermer ses portes de même pour ses principaux ports. Face à cette situation alarmante qui perdure et à laquelle les autorités concernées n’ont toujours pas trouvé des solutions pour y remédier, la population se voit subir les effets d’une inflation sans pareille.

Selon des chiffres avancés par l’Institut Haïtien de Statistiques et Informatiques (IHSI), l’inflation a atteint 23% pour le mois de février alors qu’elle était à 20,9% en janvier dernier. Pour les mois de mars et avril, c’est déjà pire et ça ne s’annonce pas mieux pour les mois à venir.

Linda, 27 ans, femme au foyer, fait ses courses au marché chaque matin afin d’alimenter comme elle peut ses deux enfants. Depuis environ deux mois, elle constate que le peu de moyens dont elle utilisait ne répond plus à ce besoin de première nécessité.

“Comment voulez-vous que j’arrive encore à nourrir mes enfants pendant que les prix des produits alimentaires ne cessent de multiplier. Il n’y a pas trop longtemps que je payais la marmite de sucre à 600 gourdes (environ 5 dollars). Maintenant, c’est 100 gourdes de plus que je dois ajouter pour me le procurer. C’est scandaleux” a lâché la jeune femme.

“Le riz, l’haricot, les vivres alimentaires et pire, l’eau potable et les produits pétroliers, tout se vend désormais plus cher, beaucoup plus cher.” s’est-elle plaint.

Pourtant, avec l’aggravation de la crise sécuritaire dans la région métropolitaine où plus d’un sont obligés de se vautrer à domicile par crainte d’être victimes, cette commerçante qui avait l’habitude d’aller promener ses produits dans les rues ne peut plus se permettre ce luxe.

Avec le chaos généré par les gangs armés criminels et dont les autorités locales et les instances internationales peinent encore à répondre, la population haïtienne pourrait connaître des jours beaucoup plus sombre. En effet, les derniers chiffres avancés par le Programme Alimentaire Mondial (PAM) montrent que l’insécurité alimentaire progresse à un rythme galopant en Haïti. Déjà, la moitié de la population n’arrive plus à se nourrir convenablement.

LIRE AUSSI

PressLakay