Brutalités policières : l’OPC appelle la PNH à garantir et à respecter la liberté d’expression et la liberté de la presse.

Haïti: l'Office de la Protection du Citoyen condamne l'assassinat de Me Roberson Louis

Dans une correspondance adressée à l’inspecteur général en chef de la PNH, Frantz Jean François, datée du 11 février 2021, l’Office de la Protection du Citoyen (OPC), invite l’inspection générale de l’institution Policière à statuer sur les cas des exactions et des atteintes à l’intégrité physique ou morale commises sur des journalistes dans l’exercice de leur profession.

Cette requête de L’OPC à l’inspection générale, la seule instance habilitée à s’assurer de l’application du code de déontologie et des règlements de discipline générale de la PNH, fait suite à une plainte formelle reçue d’une délégation de journalistes, le 28 janvier 2021, à l’occasion d’une marche pacifique organisée pour protester contre les brutalités policières exercées à l’encontre de plusieurs journalistes notamment en période de troubles politiques.

l’Office de la Protection du Citoyen a également attiré l’attention de l’inspecteur général en chef de la PNH sur le cas de deux (2) travailleurs de presse blessés par balle, le lundi 08 février 2021 au Champ-de-Mars au moment où les forces de l’ordre réprimaient un mouvement de protestation.

En plus, a poursuivi l’OPC, le mercredi 10 février en cours, des journalistes et une voiture de Radio Télé Pacific ont été victimes suite à des grenades de gaz lacrymogène lancées par des agents de la PNH.

Face aux comportements agressifs de certains policiers à l’égard des travailleurs de la presse, l’OPC rappelle qu’en principe général la liberté de la presse consiste à protéger les matériels de travail des journalistes ( Caméra, micros, magnétophones, véhicules etc.). L’institution de protection du citoyen en a profité pour renouveler sa pleine solidarité aux journalistes et son attachement à la liberté d’expression et à la liberté de la presse.

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay