Canaan-Gangs armés : Une carte digitalisée comme droit de passage

Gang en Haïti

Canaan, ce quartier situé au Nord de Port-au-Prince continue d’être un repère de bandits malgré les opérations policières. Et pour prouver qu’ils ont le contrôle de la zone, aucun chauffeurs de transport en commun n’est autorisé de passer sans la nouvelle carte octroyée par les malfrats. Les détenteurs de cette carte vont payer chaque samedi, selon nos informations.

Gang en Haïti

Après Martissant qui facilite le transport en commun à conditions de payer le passage, Canaan vient de suivre l’exemple. Mais dans le cas de Canaan, il y a une particularité. Après une rencontre avec des Syndicats de transport en commun, les civils armés de Canaan ont pris de nouvelles mesures.

« Aucun chauffeur n’est habilité à prendre la route passant par Canaan sans avoir cette carte digitalisée octroyée aux chauffeurs empruntant la route Nord passant par Canaan. Il s’agit d’une petite carte sur laquelle il y a un numéro. Sans la carte aucun chauffeur ne peut traverser », explique un chauffeur à un confrère qui garde l’anonymat.

Le détenteur de la carte à la responsabilité de passer payer chaque samedi. Il y a un montant qui est fixé pour chaque chauffeur. Et le non respect de cette obligation peut avoir de facheuse conséquence selon ce qui est discuté entre les Syndicats de chauffeurs et le chef de cette bande de criminels.

Au moins 4 points de vérification

La carte digitalisée n’est pas un discours. Elle est déjà en application pour la traversée de Canaan. Et déjà les chauffeurs se conforment avec la plus grande prudence.

« J’ai laissé Port-au-Prince à destination de l’Arcahaie ce week-end. Le bus dans lequel j’étais monté n’a pas été l’objet d’attaque armée. Mais dans quatre points differents, ils ont vérifié la carte. Dans d’autres points, ils vérifient même le contenu des effets personnels des voyageurs. Mais ils n’ont rien volé », raconte un jeune garçon qui vient de faire l’expérience.

« Ceux qui opèrent sont des jeunes garçons âgés entre 18 à 25 ans pour la plupart. Visage découvert, sans gêne, ils opèrent dans un boulevard loin de toute présence policière. Il y a des visages qui trompent. Il est impossible de croire que tels jeunes pourraient être bandits », a t-il ajouté.

Le prix des circuits explose

En raisons des exigences faites par les malfrats, le prix de certains circuits passant par Canaan explose. Dans certains cas le prix est doublé. Désormais Saint Marc/ Port-au-Prince est à 1500 gds selon nos informations.

Port-au-Prince vers Arcahaie et d’autres communes du département de l’Artibonite sont à la hausse. Et des syndicalistes entrent dans cette dynamique et acceptent de payer 300 mille gourdes par week-end.

Et malgré tout, les cas de kinapping n’ont pas cessé dans la zone. De mombreux cas d’enlèvement ont été signalés dans cette zone contrôlée par des bandits.

Ainsi se demandent de mombreux citoyens à quand la police va reprendre le contrôle des territoires du pays contrôlé par les groupes armés?

Ces sommes réclamées par les civils armés à Martissant et Canaan devraient-elles pas inspiré les futurs dirigeants à percevoir de pareille taxes pour de projets sérieux dans le pays tout en délogeant les énergumènes?

En tout cas, la population est impatiente et rêve d’un pays où les bandits ont leur place en prison et non dans la circulation.

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay