Chaos à Port-au-Prince | Le Canada annonce un plan d’évacuation de ses ressortissants vers la RD

Chaos à Port-au-Prince | Le Canada annonce un plan d’évacuation de ses ressortissants vers la RD

Après les États-Unis et la France, c’est maintenant au tour du Canada d’annoncer un plan d’évacuation pour ses ressortissants en Haïti vers la République Dominicaine.

Face à l’aggravation de la situation sécuritaire dans le pays où la région métropolitaine est prise d’assaut par les bandes criminelles, les ressortissants étrangers continuent à se retirer. Si les opérations d’évacuation du personnel des missions diplomatiques à Port-au-Prince se poursuivent, la même démarche commence à prendre de l’ampleur pour les citoyens étrangers qui résidaient dans le pays ou tout simplement étaient de passage.

Lors d’une rencontre avec la presse ce lundi, la chancelière canadienne a expliqué que les ressortissants du pays d’Amérique du Nord seront évacués vers la République Dominicaine et à partir de là ils rejoindront leur pays par leurs propres moyens.

Mélanie Joly a aussi souligné que l’évacuation sera limitée pour le moment aux « Canadiens vulnérables », comme ceux souffrant de problèmes médicaux, et qui sont en possession d’un passeport valide.

Parallèlement, la ministre canadienne des Affaires étrangères a assuré que le gouvernement qu’elle représente travaille actuellement avec d’autres pays « pour trouver d’autres options pour ceux qui ne sont pas concernés par cette première démarche ».

Il faut souligner que depuis l’aggravation de la crise sécuritaire dans l’aire métropolitaine qui a causé la fermeture de l’Aéroport International Toussaint Louverture, quelques 245 personnes ont déjà contacté l’ambassade du Canada en Haïti pour faire part de leur mauvaise situation dans le pays.

Il faut aussi noter que l’escalade de violences perpétrées par les gangs armés criminels qui perdurent dans la capitale haïtienne a déjà contraint les autorités canadiennes à évacuer une grande partie de ses diplomates accrédités dans le pays. Comme pour tous les autres nations qui ont fait pareil, seuls leurs personnels essentiels sont restés sur place.

LIRE AUSSI

PressLakay