Chaos à Port-au-Prince: l’État d’urgence et le couvre-feu renouvelés sur le département de l’ouest

Journée de protestation en Haïti

Malgré l’échec constaté du premier État d’urgence ainsi que le couvre-feu décrétés sur toute l’étendue du département de l’Ouest, le Gouvernement a décidé de les prolonger sur cette partie du territoire national pris d’assaut par des bandits criminels.

En effet, alors que l’État d’urgence et le couvre-feu de trois jours ont pris fin mercredi, les autorités ont donc décidé de les renouveler. Une décision prise vu que la situation sécuritaire n’est guère améliorée depuis un peu plus d’une semaine. Les installations policières continuent à être vandalisées dans la région métropolitaine. L’Aéroport International Toussaint Louverture est toujours dans le viseur des gangs armés criminels qui n’entendent pas lâcher prise.

Dans un arrêté publié, jeudi 7 mars 2024, le gouvernement a décrété un nouvel État d’urgence qui va durer un mois. Les autorités ont aussi instauré un nouveau couvre-feu de plusieurs jours qui prend effet dès aujourd’hui.

“Un couvre-feu du 7 au 10 mars de 8h du soir à 5h du matin.” a précisé l’arrêt publié au journal officiel Le Moniteur.

Comme le premier, il ne s’applique pas aux agents de la force publique en service, aux pompiers, aux ambulanciers, aux personnels de santé et aux journalistes dûment identifiés.

Il faut souligner qu’entre-temps, le Premier Ministre de facto Ariel Henry est toujours bloqué à Porto Rico faute de moyens de transport pour rentrer au bercail. Encore faut-il préciser que toutes activités sont suspendues à l’Aéroport International Toussaint Louverture et que des dispositions sont prises dans d’autres villes de province pour empêcher au chef du gouvernement impopulaire de mettre pied à terre.

Il faut aussi noter que cinq autres ministres du gouvernement décrié sont à l’étranger et se trouvent dans la même situation que le neurochirurgien qui prie toutes les saints pour pouvoir rentrer dans le pays.

Pendant que les gangs armés criminels maintiennent fermes leurs offensives dans l’aire métropolitaine, les portes de tous les ministères sont restés fermés. La Police Nationale d’Haïti ne répond pas. Le pays est pour le moment sur pilotage automatique.

LIRE AUSSI

PressLakay