Conflit diplomatique | L’ex-parlementaire Jacques Sauveur Jean réagit suite aux sanctions dominicaines

Jacques Sauveur Jean

Pour avoir encouragé les paysans haïtiens à Ouanaminthe à poursuivre et finaliser les travaux de construction du canal sur la rivière Massacre, neuf personnalités haïtiennes sont interdites d’entrer en République Dominicaine. Parmi ces citoyens haïtiens, l’ancien parlementaire Jacques Sauveur Jean a fait savoir que ces sanctions ne l’intéresse pas et que sa position reste ferme.

Alors que le conflit diplomatique entre Haïti et la République Dominicaine engendré par les travaux de détournement de la rivière Massacre vers la plaine de Maribaroux prend de l’ampleur, les paysans haïtiens qui sont à pied d’oeuvres à Ouanaminthe n’entendent pas lâcher prise. Malgré les chantages des autorités dominicaines, cela n’empêche pas à ces derniers à poursuivre les travaux de canalisation. À l’unisson, ils chantent “le canal où la mort”. Une situation qui pousse certaines personnalités de divers secteurs de la vie nationale à les encourager à achever ce projet qui permettra d’irriguer les terres agricoles de la région. Pour cette raison, neuf d’entre elles sont interdites d’entrer sur le territoire dominicain.

Intervenant à l'émission «Le Point », ce jeudi, sur la Radio Télévision Métropole, l’ex-Senateur du Nord-est, Jacques Sauveur Jean, l’un des citoyens haïtiens, sanctionnées par les autorités dominicaines, a déclaré que cette interdiction ne lui coûte rien puisqu’il entend défendre une cause haïtienne en tant que “fils de Jean-Jacques Dessalines”. Il fait savoir que celle-ci ne lui dérange pas et ne m’empêchera pas à encourager un projet qui va dans l’intérêt du bien commun.

“Ces soi-disant sanctions dominicaines ne m’intéressent pas. Je ne changerai pas ma position qui est de défendre l’avenir de mon pays. Je continuerai à chanter pour mon pays comme j’avais l’habitude de le faire ” a soutenu l’ancien chanteur Haïtien, entrepreneur et sénateur.

Parallèlement, M. Sauveur Jean a reconnu que le Président dominicain peut, s’il le souhaite, sanctionner des personnes qu’il estime nuire les intérêts de son pays. Toutefois, il se dit applaudir les paysans qui travaillent sur la rivière afin de construire le canal qui va favoriser l’irrigation de la plaine Maribaroux.

À noter que les huit autres personnalités haïtiennes sanctionnées par le gouvernement dominicain, et qui n’ont plus droit de fouler le sol de la République voisine sont l’ancien Sénateur du Nord, Wanique Pierre ; l’ancien ministre de l’intérieur, Ardouin Zéphirin ; le Directeur du BSAP Nord-est, Sameson Camiel ; l’ancienne Directrice Départementale du Nord-est du Ministère de l’environnement, Wideline Pierre ; l’ex-Senateur, Jean Baptiste Bien-Aimé ; le journaliste vedette de Radio Éclair, Luckner Désir alias Loucko ; le Directeur Général de l’Agence Nationale des Aires Protégées (ANAP), Jeantel Joseph ; et l’ex-ministre des Travaux Publics Transport et Communication, Nader Joiséus.

LIRE AUSSI

PressLakay