Conflit RD-Haïti | Abinader reste ferme sur sa décision concernant la fermeture de la frontière

Conflit RD-Haïti | Abinader reste ferme sur sa décision concernant la fermeture de la frontière

Le Président dominicain Luis Abinader a maintenu sa décision de fermer jusqu’à nouvel ordre la frontière de son pays avec Haïti, en signe de protestation contre les travaux de canalisation de la rivière Massacre à Ouanaminthe. Dans un adresse à la nation, dimanche 17 septembre 2023, le Chef d’État dominicain a avancé, encore une fois, les raisons pour lesquelles il a pris ces mesures.

Le conflit diplomatique entre Haïti et la République Dominicaine en raison de la construction du canal sur la rivière Massacre à Ouanaminthe est loin d’être terminé. Alors que le dossier agite la toile depuis plus d’une semaine, et que les conséquences des dernières décisions prises par les autorités dominicaines, en signe de protestation contre la première prise effectué par les Haïtiens dans le fleuve, commencent à se manifester sérieusement, le Président dominicain Luis Abinader n’entend pas lâcher l’affaire.

En effet, dans un adresse à la nation, ce dimanche après-midi, le Chef-d’État dominicain a expliqué, encore une fois, les raisons pour lesquelles il n’approuve catégoriquement pas la construction du canal de l’autre côté de la frontière. D’après lui, ce projet n’est rien d’autre que l’œuvre de groupes anarchistes que le gouvernement haïtien ne peut pas contrôler. Il a rassuré que ces derniers ne nuiront pas aux intérêts de son pays.

“S’il y a des gens incontrôlables en Haïti, je vous assure qu’ils ne le seront pas pour les intérêts du gouvernement dominicain” a-t-il déclaré.

“Nous ne désirons ni cherchons pas la confrontation, mais nous affrontons des personnes incontrôlables qui maintiennent l’insécurité en Haïti et qui, en raison de leurs intérêts privés, conspirent désormais aussi contre la stabilité de leur gouvernement et la sécurité de nos ressources en eau.” a poursuivi le Président dominicain.

Parallèlement, Abinader a souligné qu’il n’y a pas lieu de parler de conflit entre les deux peuples qui partagent l’île d’Haïti, qu’il ne s’agit que de la volonté du peuple dominicain à vivre en paix tout en menant ses activités quotidiennes.

“Il ne s’agit pas d’un conflit entre deux peuples, car ni le peuple dominicain ni le peuple haïtien ne veulent la confrontation ; ce que notre peuple a montré, c’est le désir de vivre en paix.”

Par ailleurs, il a rassuré sa population que le gouvernement dominicain contrôle la situation et que, bien sûr, toutes les frontières terrestre, maritime et aérienne resteront fermés jusqu’à nouvel ordre.

La frontière est fermée depuis vendredi matin et seuls les Haïtiens qui souhaitent se rendre volontairement dans leur pays sont autorisés à la passer. À Dajabón et aux autres postes frontaliers, le commerce reste nul alors que, jusqu’à ce dimanche, les ressortissants haïtiens, qu’ils soient en situation régulière ou irrégulière, continuent à fuir la RD par centaines. Certains d’entre eux ont révélé avoir subi des violences racistes depuis le début du conflit.

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay