Constitution du 29 mars 1987 | Que faut-il changer? les lois ou les hommes ?

Trente sept ans après la mise en vigueur de la constitution de 1987, la conjoncture politique actuelle confirme qu’aucun progrès significatif vers l’ordre démocratique n’a été fait jusque-là en Haïti. Après l’application de cette Loi fondamentale de la nation, l’histoire haïtienne est marquée par de périodes turbulentes caractérisées par des crises politiques, économiques et sociales.

Coup d’État spectaculaires, élections truquées et gouvernements illégitimes, l’histoire de ces 40 dernières années du pays ne fait que répéter des périodes plutôt délicates que les Haïtiens ont déjà connu dans le passé. C’est la raison pour laquelle nombreux sont ceux qui questionnent la constitution qui devrait ramener le pays dans la stabilité politique : faudrait-on la changer ? Ou pas ? Est-ce que ce sont les lois qui échappent à la réalité haïtienne ? Ou encore : le changement d’un ordre dictatorial à celui de la démocratie était-il trop brusque ?

Si les interrogations autour de l’application de la charte fondamentale qui a été élaborée par un jeune de 25 ans puis amendée le 9 mai 2011 sont nombreuses et continuent à se multiplier, celles-ci ne semblent toujours pas favoriser une réponse appropriée. Alors qu’elles devraient engager un véritable débat inclusif, c’est-à-dire entre tous les acteurs de la société, les spéculations qui en ressortent sont perçues comme partisanent et non généralistes.

Cependant, force est de constater que dans la conjoncture actuelle, la Loi mère est totalement mise de côté par les forces vives dans leurs soi-disant quête d’une solution à la crise multidimensionnelle. L’heure n’est peut-être pas pour la mise en cause de la constitution de 1987 qui fête ses 37 ans cette année, cependant toute discussion sur les marches à suivre pour rétablir l’ordre démocratique en Haïti ne pourrait faire fi des lois haïtiennes.

Des dispositions doivent être prises pour remettre sur pied les institutions ; l’État, dans son ensemble, doit être renforcé afin qu’il puisse relever les défis de développement durable auxquels fait face le pays.

À l’heure actuellement, nous devons savoir est-ce que nous devons changer les lois ou plutôt les hommes.

LIRE AUSSI

PressLakay