COP28 : le MDE fixe les priorités d’Haïti aux prochaines négociations

COP28 : le MDE fixe les priorités d’Haïti aux prochaines négociations

À trois jours de la COP28, à Dubaï, aux Émirats Arabes Unis, le MDE a fixé les priorités d’Haïti aux négociations. Alors que les acteurs locaux, y compris le Ministre de l’environnement, M. James Cadet, feront le déplacement en début de semaine, dans le Moyen-Orient, pour prendre part à cet événement planétaire, ceux-ci ont déjà avancé huit priorités en faveur de la nation qu’ils auront droit de représenter.

1- L’opérationnalisation et la capitalisation du Fonds sur les pertes et préjudices : les pertes et préjudices liées aux changements climatiques constituent un obstacle majeur au développement socio-économique du pays.

Le Ministère a aussi précisé que le pays, à l’instar des petits États insulaires en développement (PEID), a besoin de ce fonds qui va lui garantir un accès rapide et simple tout en souhaitant que le CMA5 précise sa portée de même qu’une obligation de financement faite aux pays développés.

2- Un nouveau cadre pour l’objectif mondial en matière d’adaptation qui favorise un suivi robuste des efforts collectifs et qui permet la satisfaction des besoins d’adaptation au niveau local dans les pays particulièrement vulnérables.

Le MDE a souligné aussi que la mise en œuvre de ce cadre dans les nombreux pays en développement comme Haïti nécessitera, entre autres, un soutien financier par les pays développés Parties.

3- Des messages politiques clairs et de haut-niveau sur les résultats du premier bilan mondial ainsi que les suites à y donner. Ces messages doivent être complémentaires à une décision de la CMA5 qui indique clairement les suites à donner au premier bilan mondial, avec un accent particulier sur le financement de celle-ci.

4- La définition d’un programme de travail sur la transition juste dont la mise en œuvre permettra de déboucher sur une transition où les circonstances des PMA et des PIED, notamment les questions relatives à une mobilité humaine digne et à la sécurité climatique, sont explicitement prises en compte afin qu’ils ne soient pas laissés de côté.

Selon le MDE, le COP28 sera également une occasion pour redonner confiance aux pays en développement comme Haïti qui, au nom de la justice climatique, attendent désespérément le respect des engagements pris par les pays développés.

5- L’accélération du programme de travail sur le relèvement du niveau d’ambition d’atténuation, y compris une réduction des émissions provenant de la pollution plastique, afin de replacer le monde sur la trajectoire d’un réchauffement de 1,5 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels.

Le Ministère de l’environnement en a profité de l’occasion qui s’offre à lui donc pour affirmer le choix du pays de joindre sa voix à celle des autres de la Caraïbe pour soutenir que 1,5 degrés Celsius est l’unique choix pour garantir la sécurité climatique et la survie des populations de la région. Comme autres priorités, le MDE a avancé :

6- La confirmation du respect de l’engagement des 100 milliards de dollars ainsi que l’identification d’échéanciers clairs pour y parvenir.

7- La présentation d’un plan réaliste pour l’augmentation significative des soutiens financiers pour l’adaptation des pays en développement assorti de soutien en matière de renforcement des capacités et de transfert et développement des technologies.

8- L’élimination progressive de l’utilisation des combustibles fossiles sans dispositif de réduction.

“La #COP28 sera la COP du bilan mondial, de l’opérationnalisation du Fonds sur les pertes et préjudices, du relèvement du niveau d’ambition et de l’élaboration du programme de travail sur la transition juste.” a fait savoir le MDE.

LIRE AUSSI

PressLakay