Costa-Rica: L’économiste Rodrigo Chaves élu président

0 47

L’économiste Rodrigo Chaves, ancien ministre des Finances de droite, a remporté le second tour de l’élection présidentielle dimanche au Costa Rica dans un contexte de chômage croissant et de déficit budgétaire en flèche.

Rodrigo Chaves, président du Costa Rica/ cp: The Guardian

Rodrigo Chaves, dont l’ascension vers le second tour en a surpris plus d’un, a remporté confortablement 53 % des voix contre 47 % pour l’ancien président centriste Jose Maria Figueres, a déclaré dimanche le Tribunal électoral suprême. Il a prononcé un discours de victoire peu de temps après que Figueres, qui a été président de 1994 à 1998, ait reconnu sa défaite.

« Pour moi, ce n’est pas une médaille ni un trophée, mais plutôt une énorme responsabilité, pleine de défis et de difficultés que nous allons tous résoudre », a déclaré le nouveau président Rodrigo Chaves, qui prendra ses fonctions le 8 mai.

Pourtant, plus de 42% des 3,5 millions d’électeurs éligibles du pays n’ont pas participé au scrutin de dimanche, ce qui reflète le manque d’enthousiasme des candidats, qui n’ont pas failli remporter les 40% de voix nécessaires pour éviter un second tour au premier tour de vote le 6 février.

Au cours de la campagne, les deux candidats se sont présentés comme des leaders capables de redresser la situation du pays. Le Costa Rica, qui compte environ cinq millions d’habitants, a connu deux décennies de chômage en augmentation constante et d’inégalités en hausse.

Rodrigo Chaves, qui a servi brièvement dans l’administration du président sortant Carlos Alvarado et représente le Parti du progrès social-démocrate, fait l’objet d’une enquête pour avoir prétendument dirigé une structure de financement de campagne parallèle illégale. Il a également été accusé par plusieurs femmes de harcèlement sexuel lorsqu’il travaillait à la Banque Mondiale. Il a finalement été rétrogradé puis a démissionné de l’institution, mais a nié les accusations.

Son style combatif et son approche conflictuelle des médias lui ont valu des comparaisons avec l’ancien président américain Donald Trump.

Rodrigo Chaves prendra ses fonctions le mois prochain, son parti ne détenant que 10 des 57 sièges du parlement national, tandis que le parti de Figueres, arrivé en tête lors d’un premier tour indécis en février, en compte 19. Rodrigo Chaves remplacera le président sortant Carlos Alvarado, dont la popularité a chuté alors que l’économie s’est affaiblie. En février, le parti d’Alvarado n’a pas remporté un seul siège au nouveau congrès.

Robinson JEROME

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More