Crise au sein de la PNH: la syndicaliste Yanick Joseph exhorte les autorités à l’action pour éviter une rébellion policière

Police Nationale d'Haïti

L’ancienne responsable de SPNH-17, Yanick Joseph appelle les membres du nouveau gouvernement de transition à prendre en considération les revendications des policiers afin d’éviter une éventuelle rébellion.

Alors qu’un nouveau Directeur Général vient d’être nommé à la tête de la PNH, dans un contexte marqué par l’aggravation de la crise sécuritaire, la population haïtienne attend avec impatience que l’institution policière reprend le contrôle de la situation. Entre-temps, pendant que les responsables posent entre eux les problèmes majeurs auxquels fait face le pays, ils sont appelés à ne pas ignorer les revendications des policiers qui vivent dans de mauvaises conditions. C’est ce qu’a signalé l’ancienne coordinatrice du Syndicat National des Policiers Haïtiens (SPNH-17), Yanick Joseph.

En effet, intervenant sur les ondes d’un média de la capitale, l’ex-agente de la Police Nationale d’Haïti s’est faite une nouvelle fois la porte-parole des policiers. La syndicaliste a appelé le nouveau gouvernement à prendre en compte les revendications des agents de l’institution policière prévenant qu’à n’importe quel moment les policiers peuvent rentrer en rébellion.

“Les autorités concernées doivent savoir qu’à n’importe quel moment les policiers peuvent rentrer en rébellion au cas où elles ne font rien pour améliorer leurs conditions de vie” a déclaré Yanick Joseph soulignant qu’elle ne soutient aucun personne en-tête de la Police Nationale.

Dans un contexte où l’institution policière notamment ses agents, ses infrastructures et autres sont davantage pris pour cible par les bandes criminelles qui sèment la terreur dans la région métropolitaine, l’ancienne responsable du SPNH-17 a fait valoir l’intérêt qu’il en est pour le gouvernement, nouvellement mis sur pied, de se mettre au côté des agents de la Police Nationale d’Haïti.

“Les revendications des policiers ne sont jamais soulevées sur la table des discussions. Personne ne se préoccupe des conditions de vie dans lesquelles se trouvent des professionnels qui ont en leur possession des armes à feu (…) ils observent comme tout le monde et sont bien conscients de la situation dans laquelle ils vivent. C’est cela qui mettra le feu dans la poudre” a insisté la syndicaliste qui croit qu’elle ne sera pas toujours là pour apaiser les policiers quand ces derniers entament des mouvements de revendication.

Il faut souligner que cette intervention survient après que les autorités concernées ont nommé un autre Directeur Général à la tête de la Police Nationale d’Haïti. Il s’agit de Normil Rameau qui avait dirigé, durant un an, l’institution policière, sous l’administration du feu Président Jovenel. L’ancien agent de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) remplace Frantz Elbé qui était décrié surtout après l’assassinat des trois policiers survenu, dimanche 9 juin dernier, dans une embuscade des bandits armés à Delmas 18.

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay