Crise en Haïti | la RD est prête à fournir un soutien dans le domaine sanitaire

Crise en Haïti | la RD est prête à fournir un soutien dans le domaine sanitaire

Alors que l’arrivée de la force multinationale est imminente sur le territoire haïtien, la République Dominicaine se veut claire. Aucune aide militaire dominicaine ne sera apportée à Haïti.

En pleine crise sécuritaire, le pays attend plus que jamais le déploiement de la Mission Multinationale de Soutien à la Sécurité (MMS). Si toutes les dispositions nécessaires sont déjà prises, d’une part, concernant la venue de la force multinationale, et que, d’autres part, des pays partenaires se sont dits prêts à collaborer, la république voisine qui était pourtant en première ligne lors de la sollicitation auprès des Nations Unies de l’intervention militaire en Haïti demeure ferme dans sa décision à ne pas envoyer des troupes militaires dans le pays.

“Nous réaffirmons que nous ne fournirons aucune aide ou collaboration en ce qui concerne les questions militaires à Haïti” a déclaré, lundi 13 mai 2024, le président dominicain Luis Abinader lors de son rendez-vous hebdomadaire avec la presse.

La crise humanitaire étant persistante en Haïti surtout dans ce contexte marqué par l’aggravation de la crise sécuritaire, le dirigeant dominicain a assuré que son pays est toujours disposé à fournir un soutien à son voisin mais uniquement dans le domaine de la santé

“Simplement en ce qui concerne l’aide humanitaire dans le domaine de la santé. Cela, nous le ferons certainement”, a fait savoir Abinader.

Pendant que la situation se dégénère dans le pays notamment dans la capitale haïtienne et ses environs, plus d’un estiment nécessaire le déploiement de la Mission Multinationale de Soutien à la Sécurité. Du côté des responsables américains, des fonds sont déjà décaissés pour équiper la mission dont des sources officielles font croire qui sera présente sur le sol à partir de 26 mai prochain.

Entre-temps, la population haïtienne continue à être victimes des violences perpétrées par les bandes criminelles.

LIRE AUSSI

PressLakay