Crise en Haïti | Le Canada promet une aide de 91 millions de dollars

Justin Trudeau

Le gouvernement canadien entend renforcer son soutien à Haïti. Lors de la réunion sur la crise haïtienne, tenue en Jamaïque, lundi 11 mars 2024, le Premier Ministre canadien, Justin Trudeau a promis une nouvelle enveloppe de 91 millions de dollars pour soutenir le pays saccagé par la violence des gangs armés criminels.

La crise multidimensionnelle qui sévit actuellement dans le pays occupe davantage la communauté internationale. Alors que les réunions s’enchaînent afin de trouver des solutions communes, des puissances étrangères comme les États-Unis et le Canada qui se disent “Amis” d’Haïti entendent renforcer leur soutien à l’endroit du peuple haïtien.

C’est dans cette optique que le gouvernement canadien a annoncé, lundi, lors de la réunion de la CARICOM sur Haïti, une aide financière supplémentaire à hauteur de 91 millions de dollars. Cette somme sera octroyée dans le but de répondre au bien-être de la population haïtienne mais aussi à sa sécurité.

« Les Haïtiens ont besoin que nous nous concentrions sur leur bien-être et leur sécurité », a déclaré le chef du gouvernement canadien Justin Trudeau pendant la conférence de presse menée par la l’organisation régionale.

Il faut souligner que Justin Trudeau a participé à la réunion à distance où les discussions étaient centrées sur la formation d’un collège présidentiel pour remplacer le PM démissionnaire Ariel Henry. Quant à lui, l’ambassadeur du Canada aux Nations Unies, Bob Rae, se trouvait sur place.

Il faut mentionner aussi que de leur côté, les États-Unis ont annoncé une augmentation de leur contribution financière dans le cadre du déploiement de la Mission Multinationale de Soutien à la Sécurité (MMS). Le gouvernement américain a promis donc une nouvelle enveloppe de 100 millions de dollars qui sera ajoutée sur les 200 millions promis il y a quelques mois.

Pendant ce temps, dans la capitale haïtienne, les bandits criminels continuent à imposer leurs lois pendant que les autorités concernées, pour la plupart absentes, ne font que constater les dégâts. Livrée aux bandes criminelles, la population haïtienne ne peut désormais compter sur elle-même en attendant un éventuel déploiement de la force multinationale en soutien à la PNH.

LIRE AUSSI

PressLakay