CRISE HAÏTIENNE APRÈS TOUTE CONFRONTATION,IL N’Y AURA PAS DE VAINQUEURS!

0 94
Après chaque élection tenue en Haïti, gaspillant plusieurs milliards de gourdes des caisses publiques et des millions de dollars d’aide internationale de 1986 à 2016, une kyrielle d’hommes et de femmes fondant essentiellement leur cuisine sur la politique, a toujours crié «victoire» avec une grande sensation de satisfaction tandis que la population fait aujourd’hui encore les frais de toutes les crises nées de ces joutes électorales. Rien n’a jamais changé pour les masses populaires. Le désespoir est toujours leur fortune. La situation générale du pays est pire qu’avant.

Aujourd’hui, une poignée de privilégiés, toute classe confondue, se disputent les dépouilles du pouvoir politique et voici le désastreux bilan:

  1. les institutions républicaines et démocratiques sont dysfonctionnelles.
  2. l’économie est en chute libre.
  3. les structures de sécurité sont disloquées.
  4. le gouvernement a failli et est démissionnaire.
  5. le président se débat entre la légitimité et la légalité avec une fin de mandat en 2022 pour lui et 2021 pour les autres.
  6. la classe politique traditionnelle est divisée et incapable de s’élever à la hauteur des impératifs de l’heure avec un groupe au créneau qui s’attache à une stratégie dépassée et improductive.
  7. une communauté internationale indécise face à l’aggravation de la crise et jusqu’à présent réticente à porter secours à un peuple visiblement en danger.
  8. une société civile caressant tout le monde dans le sens du poil et suivant ses intérêts immédiats.
  9. un pays à genoux et de puissants gangs associés à des acteurs politiques et économiques font la loi.
  10. les femmes, les jeunes, les paysans sont fatigués d’être les otages de ceux qui veulent à tout prix garder le pouvoir pour une jouissance continuelle et ceux aussi qui livrent quitte ou double leur dernier combat pouvant accéder aux pouvoirs de l’Etat pour s’abreuver rapidement. Une confrontation est donc presque inévitable mais il n’y aura aucun vainqueur et Haïti seule perdra.
    Je refuse de me faire complice de ces deux camps frappés de cécité politique et qui auraient préféré voir sombrer les haïtiens et haïtiennes dans un burn-out, voir périr la Nation comme le Rwanda en 1994 au lieu de faire le choix intelligent de la PAIX en négociant librement pour le peuple la fin de l’exclusion, de l’impunité, du clientélisme, de la corruption par une solution pacifique de la crise sans compromission, capable de déboucher sur un nouveau système de gouvernance avec enfin un POUVOIR et une OPPOSITION de RUPTURE.
    En pleine guerre froide, Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev ont eu leur Sommet pour éviter au monde une guerre nucléaire ; il nous faut un deuxième Camp Gérard pour rassembler et unifier les forces positives afin de lancer le premier assaut pour construire la Nouvelle Haïti.
    J’invite solennellement les femmes, les jeunes et la diaspora à choisir le lumignon qui peut permettre à Haïti de créer l’espoir
    à nouveau et de rejeter la voie de la confrontation qui détruit notre pays.
    En vérité, tout est négociable en politique, sauf l’honneur et la dignité d’un peuple.
    Map di tout Aysyen Kenbe dwapo diyite a fò, menm si twèl la chire Kenbe bwa-a!
    E nsemble M aintenant!
    Ce 25 avril 2021
    Dr.Emmanuel Ménard

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More