Crise Haïtienne : la sortie du Secrétaire Général de l’ONU Antonio Guterres qui dérange

0 191

Le Secrétaire Général des Nations-Unies s’est prononcé sur la crise haïtienne. Il a fait part de la nécessité d’envoyer une force robuste dans le pays. S’agissant des manifestations, il a assimilé ceux qui sont dans les rues à des groupes armés. De quoi soulever la colère de certains haïtiens.

Le secrétaire général des Nations-Unies
Le secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guterres

Comme le Premier Ministre haïtien Ariel Henry qui associait ceux qui sont dans les rues à des bandits, le Secrétaire Général des Nations-Unies, Antonio Guterres a fait la même chose lors de cette entrevue accordée à des journalistes français autour de la crise haïtienne.

Le diplomate s’est même arrogé le droit de s’ingérer dans des dossiers internes du pays en expliquant que l’État n’a pas besoin de subventionner le carburant mais plutôt les familles, une partie de sa déclaration qui n’a du tout pas plû à des acteurs politiques haïtiens qui dénoncent cette sortie partisane du responsable des Nations-Unies qui, selon eux, n’a pas su mesurer ses mots autour de la crise haïtienne.

Jean Charles Moïse comme à son habitude, n’a pas raté cette opportunité pour recadrer le Secrétaire Général de l’ONU pour son soutien indéfectible à cette équipe gouvernementale qui dirige le pays sans véritablement penser à la misère de la population. Dans un message sur sa page facebook, le leader de Pitit Dessalines n’a pas caché son dérangement.

« Ariel Henry se lie avec un diplomate pour provoquer le peuple haïtien qui proteste pour faire valoir ses droits. Dans nos rangs points de traîtres, Ariel Henry KONZE déclare la guerre au peuple Haïtien. Nous sommes en guerre », a écrit l’Homme de Milot dans son message.

Claude Joseph en mode opportuniste

L’ancien premier ministre a.i sous l’ère de Jovenel Moïse, Claude Joseph s’insurge contre les propos tenus par le secrétaire général de l’ONU sur la crise, empirée par les récents mouvements de protestation.

Dans un message publié via les réseaux sociaux, Claude Joseph a lui aussi recadré Antonio Guterres qu’il considère comme un homme qui n’a pas d’informations sur ce qui se passe dans le pays. Il est très mal informé de l’avis de Claude Joseph.

« Vous êtes très mal informé Monsieur le Secrétaire Général Antonio Guterres. Les haïtiens qui expriment leur ras-le-bol de l’insouciance du gouvernement d’Ariel Henry ne sont pas des bandits », a réagi Claude Joseph.

Ils sont en majorité des jeunes voulant énergiquement changer un système économique générateur d’inégalité et d’extrême pauvreté, a ajouté l’ancien chancelier qui connaît bien le diplomate puisqu’il l’avait rencontré à maintes reprises sur le dossier de Jovenel Moïse.

En tout cas, si ceux qui étaient dans les rues n’étaient pas tous des bandits armés, Presslakay confirme que des hommes armés du groupe G9 étaient dans les rues vendredi dernier. Ils ont affronté les policiers au niveau de la route de l’Aéroport. Ils ont pillé certaines entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :