Crise Haïtienne : les sanctions contre les dealers de drogue, les politiciens et les hommes d’affaires sont-elles suffisantes ?

Agence presslakay

La situation en Haïti est préoccupante. Le pays est confronté à des défis économiques et politiques majeurs. En plus de cela, la violence des gangs armés a pris une ampleur sans précédent. Les États-Unis et le Canada ont décidé d’agir en sanctionnant les dealers de drogue, les politiciens et les hommes d’affaires qui financent ces gangs. Cette mesure est une tentative pour aider Haïti à sortir de cette crise.

Agence presslakay
Agence presslakay

La liste des personnes sanctionnées est longue.

Les États-Unis et le Canada ont sanctionné plusieurs personnalités politiques et des hommes d’affaires,
impliqués dans le trafic de drogue et le financement des gangs. Notamment
L’ancien Sénateur Youri Latortue (sanctionné le 4 novembre 2022)
L’ancien sénateur Joseph Lambert (sanctionné le 4 novembre 2022)
L’ancien sénateur Rony Célestin
L’ancien Président de la République Michel Joseph Martelly
L’ancien Premier Ministre Laurent Salvador Lamothe
L’ancien parlementaire Hervé Fourcand
L’ancien député Gary Bodeau
L’ancien Premier Ministre Jean-Henry Céant
Les entrepreneurs Gilbert Bigio, Reynold Deeb et Sherif Abdallah (sanctionnés le 5 décembre 2022) ,
L’ancien ministre de la justice et de la sécurité publique Berto Dorcé
L’ancien ministre de l’intérieur et des collectivités territoriales Liszt Quitel
L’ancien député Arnel Bélizaire (sanctionné le 13 janvier 2023)
Charles (Kiko) Saint-Rémy, beau-frère de l’ancien président Michel J. Martelly (sanctionné le 13 janvier 2023)
L’ancien Président Jocelerme Privert
L’avocat Salim Succar.

La décision de sanctionner ces individus a été prise pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il s’agit de punir ceux qui profitent du trafic de drogue et de l’insécurité pour s’enrichir. Ensuite, ces sanctions sont une manière d’envoyer un message fort à tous ceux qui auraient l’intention de financer les gangs. Enfin, il s’agit d’une tentative de mettre fin à la violence et d’instaurer un climat de sécurité dans le pays.

Cependant, certains critiques ont émis des réserves quant à cette mesure. Ils estiment que ces sanctions pourraient aggraver la situation économique du pays. En effet, la plupart des personnes sanctionnées sont des hommes d’affaires, et cela pourrait avoir des répercussions sur l’économie haïtienne. En outre, certains estiment que ces sanctions pourraient renforcer la position des gangs, car ceux-ci pourraient bénéficier d’une plus grande liberté d’action.

Malgré ces critiques, il est important de souligner que les États-Unis et le Canada ont pris cette mesure en vue d’aider Haïti à sortir de cette crise. Ces sanctions sont une tentative pour lutter contre la violence et l’insécurité qui paralysent le pays. Il est maintenant essentiel que la communauté internationale se mobilise pour aider Haïti à sortir de cette crise.

La situation en Haïti est alarmante. Les gangs armés contrôlent de vastes territoires et la violence est omniprésente. Les États-Unis et le Canada ont décidé d’imposer des sanctions. Bien que cette mesure soit l’objet de critique par certains, elle constitue une tentative pour aider Haïti à sortir de cette crise.

Robenson Brutus

LIRE AUSSI

PressLakay