Crise haïtienne: quand l’OEA lève la voile sur la responsabilité de la communauté internationale

0 35

L’Organisation des États Américains est revenue sur la situation d’Haïti à travers un communiqué publié ce lundi 8 août 2022. La présence de la Communauté Internationale en Haïti au lieu d’aider le pays à sortir de la crise l’a sombré un peu plus dans le chaos, note l’Organisation Hémisphérique. Elle dénonce le fait que sous le parapluie de la Communauté Internationale les groupes armés continuent de semer la terreur.

Organisation des Etats Américains (OEA)
Organisation des Etats Américains (OEA)

On pourrait se poser la question à quoi sert la communauté internationale en Haïti ? Si la question était posée par des nationaux elle n’aurait pas autant d’impacts que quand les blancs cherchent à trouver les blancs impliqués dans la crise haïtienne. Et l’OEA a décidé ce lundi 8 août de tacler les pays formant ce qu’on appelle la communauté international.

« La crise institutionnelle que vit Haïti est le résultat direct des actions des forces endogènes du pays et de la communauté internationale », a fait savoir l’organisation hémisphère.

Selon elle, les 20 dernières années de présence de la communauté internationale en Haïti constituent l’un des échecs les plus importants et manifestes de mesures mises en œuvre et d’actions réalisées dans le cadre de quelque action de coopération internationale que ce soit.

Cela n’a rien à voir avec les personnes qui, dans un esprit de service et de façon altruiste, ont travaillé comme coopérants et ont donné le meilleur d’eux-mêmes, et dans certains cas même leur vie, pour Haïti. Nous avons le plus grand respect pour ces personnes, qui méritent notre reconnaissance éternelle, souligne l’OEA.

Les gangs fonctionnent sous le parapluie de la communauté internationale

Les Nations-Unies avaient, via son Bureau Intégré en Haïti, expliqué que la fédération des gangs avait fait baisser le taux de kidnapping dans le pays en 2020. l’Organisation des États Américains Comprend bien la démarche de cette communauté internationale avec le BINUH comme figure de proue.

« Sous le parapluie de la communauté internationale, les bandes criminelles qui assiègent aujourd’hui le pays et son peuple ont fermenté et germé, sous ce parapluie le processus de désinstitutionnalisation et de crise politique que nous connaissons aujourd’hui a germé et couvé. Alors, étant donné qu’elle a échoué, la communauté internationale laissant derrière elle chaos, destruction et violence », ajoute l’OEA faisant référence à la MINUSTHA.

Actuellement, il est absurde de prétendre que dans ce contexte de destruction, les Haïtiens, complètement seuls, polarisés et disposant de très maigres ressources, pourraient reconstruire ou construire un projet de sécurité, de réinstitutionnalisation et de développement qui permettrait à 12 millions d’habitants de retrouver une coexistence pacifique, estime l’organisation.

De la nécessité de renverser le processus de violence, selon L’OEA

Cette situation de violence qui bat son plein dans le pays avec des actes de kidnapping en série et des assassinats qui inquiètent, l’Organisation des Nations-Unies reconnait qu’il est impératif de changer de paradigmes.

« À regarder la situation actuelle en Haïti, on comprend pourquoi de l’existence de forces internes qui voulaient, avec une complicité externe, que la MINUSTAH se retire. C’était simplement pour préparer le terrain afin qu’une situation comme celle qu’on constate actuellement puisse exister », précise l’OEA.

L’organisation dit croire qu’il est absolument nécessaire de renverser le processus de violence au moyen de nouvelles conditions institutionnelles accompagnées d’un engagement international différent qui permette de contrôler la situation de violence et de désarmer les bandes armées.

Il est impératif de traquer les opérations territoriales de la criminalité organisée. Toutefois, les ressources humaines, financières et matérielles pour ce faire doivent provenir en majeure partie de la communauté internationale.

En tout cas, qu’il soit OEA ou les Nations-Unies, elles ont toutes leur part de responsabilité dans le crise multidimensionnelle dans laquelle est plongée le pays.

Lire aussi https://presslakay.net/haiti-insecurite-la-police-nationale-multiplie-les-bons-coups/

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :