Dénonçant le laxisme en matière de justice, Me Lacks-Guvens Cadette plaide en faveur de mesures concrètes

Dénonçant le laxisme en matière de justice, Me Lacks-Guvens Cadette plaide en faveur de mesures concrètes

Dans un contexte où des grandes décisions sont annoncées par les autorités en ce qui a trait à l’instauration d’un climat de sécurité et de justice, Me. Lacks-Guvens Cadette revient sur le laxisme des anciens Gouvernants de l’Etat et fait appelle aux nouveaux pour prendre des mesures concrètes.

Trois ans après le double assassinat de la militante des droits humains Antoinette Duclair et du journaliste Diego Charles, la justice haïtienne n’a toujours pas établi la lumière sur ce dossier. Les personnes impliquées dans le double meurtre qu’elles soient les auteurs et co-auteurs ne sont toujours pas placés derrière les barreaux. Une situation qui montre le niveau exagéré du laxisme des Gouvernants de l’Etat à en croire Me. Lacks-Guvens Cadette. Profitant de cette occasion, l’avocat au Barreau de Port-au-Prince, spécialiste en Droit public, Droit des Contentieux publics a interpellé les nouveaux responsables à prendre des mesures concrètes en matière de justice et de sécurité publique.

Intervenant sur les ondes de la Radio Vision 2000, le Doctorant en Droit et membre du Cercle de Réflexion sur la Justice est revenu sur le double assassinat tragique de la militante des droits de l’homme et du deux journaliste. Il a aussi intervenu sur le déploiement de la Mission Multinationale de Soutien à la Sécurité (MMS) ainsi que de la responsabilité du nouveau Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique.

Le comportement de la justice haitienne dans le dossier du double assassinat

En ce qui concerne l’assassinat, survenue dans la nuit du 29 au 30 juin 2021, à Delmas, de Netty Duclair, porte-parole du parti politique « Matris Liberasyon », et de Diego Charles, journaliste à la radio Vision 2000, le spécialiste en Droit public a dénoncé le comportement de la justice haitienne qui, depuis trois ans, n’arrive toujours pas à faire avancer l’affaire.

“Trois ans après, les demandes de justice augmentent exponentiellement et se perdent sous l’indifférence et le laxisme des Gouvernants de l’Etat. La justice haïtienne n’a pas su donner la réponse qu’il faut. Cette indifférence ne concerne pas seulement ce double assassinat tragique, elle concerne aussi une multitude de dossiers” a déclaré Me Lacks-Guvens Cadette.

“Quand prendra fin ce règne de l’impunité ? Quand pourrons-nous espérer que les criminels seront punis pour leurs crimes ?” a-t-il lâché tout en mettant l’accent sur bon nombre de dossiers criminels pour lesquels les enquêtes se poursuivent sans suite.

Des dossiers, à en croire le l’avocat au Barreau de Port-au-Prince, qui sont restés bloqués dans les méandres de la Justice non pas pour des raisons techniques mais politiques dans la plupart des cas. Il fait appelle aux autorités judiciaires afin que ces dernières se ressaisissent.

“Est-ce que les compétences en la matière manquent ? Non, je ne le pense pas. Il doit y avoir des responsables qui pourront faire preuve de courage pour prendre les décisions qui ramènent la peur chez les gens ordinaires. Il faut que l’impunité cesse. Les criminels doivent être arrêtés et jugés pour leurs crimes” a déclaré l’homme de loi appelant ainsi à la Responsabilité les Gouvernants de l’État.

La réussite de la Mission Multinationale de Soutien à la Sécurité

Dans ce contexte marqué par l’aggravation de la crise sécuritaire notamment dans la région métropolitaine, plus d’un espèrent que la force multinationale dont le déploiement se fait de manière progressive apportera une nette amélioration dans la situation devenue alarmante.

Intervenant sur la question, l’avocat au Barreau de Port-au-Prince estime que la Mission Multinationale de Soutien à la Sécurité pourra bel et bien réussir dans ses objectifs si et seulement si les actions sont coordonnées à savoir les policiers s’assureront d’arrêter les malfrats et la justice haïtiennede, de son côté, prendra les mesures nécessaires pour arrêter les personnes impliquées dans les violences.

“Si ce n’est pas le cas alors on verra que tous les policiers arriveront en Haïti et continueront à faire ce que faisaient jusque-là les agents de la Police Nationale d’Haïti qui n’a donné aucun résultat à savoir participer dans la circulation, favoriser la libre circulation des personnes jouissant de certains privilèges alors que la majorité continue de subir les violences perpétrées par les gangs armés criminels” a souligné Me. Lacks-Guvens Cadette tout en soutenant que la peur doit désormais changer de camps.

La responsabilité du nouveau Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique face à cette situation

Lors de son intervention sur les ondes de la Radio Vision 2000, Me. Lacks-Guvens Cadette en a profité pour interpeller le nouveau ministre de la Justice et de la Sécurité Publique, Me. Carlos Hercule à prendre des mesures en ce qui concerne les problèmes qui perdurent dans l’appareil judiciaire causant ainsi son dysfonctionnement.

“En tant qu’ancien bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, ancien président de la Fédération des Barreaux, c’est quelqu’un qui connaît les problèmes auxquels fait face l’appareil judiciaire haïtienne : détention préventive prolongée, grève à répétition des personnels, l’ingérence politique dans les affaires judiciaire et autres. S’il n’apporte pas des réponses concrètes de manière structurelle, je garantis que dans un temps tout court, nous allons nous plaindre des mêmes maux” a déclaré le spécialiste en Droit public.

Alors que la situation se dégénère en Haïti et que les nouveaux responsables se sont donnés pour tâche d’y remédier, la population haïtienne qui vit au quotidien l’horreur garde encore en tête que l’espoir demeure. Cependant, jusqu’à combien de temps restera-t-elle à espérer si rien de concret n’est toujours pas réalisé pour résoudre, serait-ce qu’en partie, la crise multidimensionnelle?

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay