Des organisations haïtiennes, membres du Mouvement Point Final demandent des sanctions contre Helen La Lime

Helen La Lime, cheffe du BINUH

Helen La Lime a été nommée en 2018, représentante du Secrétaire général des Nations-Unies en Haïti et chef de la MINUJUSTH, et ensuite, responsable du Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti ( BINUH).

Helen La Lime, cheffe du BINUH
Helen La Lime, représentante du secrétaire général de l’ONU en Haïti

Durant ses différentes fonctions en Haïti, Helen La Lime a violé totalement la charte des Nations- Unies par rapport à la promotion de la Paix et le respect des droits humains en Haïti.

Par rapport à la convention de Vienne relative au fonctionnement des diplomates dans les pays accrédités, le fonctionnement de Madame La Lime est une catastrophe diplomatique en Haïti. Ses délits d’ingérence sont extrêmement graves et honteux. Elle n’a pas fait le bonheur des Nations-Unies durant son passage en Haïti.

La cheffe du BINUH a contribué clairement dans la mise en place d’une fédération des Gangs armés dans le Pays, dénommée « G9 en Fanmi et alliés ». C’est ce groupe de gangs qui a bloqué le Terminal varreux durant des mois, provoquant une rareté de carburant grave dans le pays.

Pourtant Helen La Lime a abandonné totalement ses missions principales qui sont le renforcement de la justice haïtienne, favoriser l’exécution des travaux de développement durable dans le pays et garantir la paix, la sécurité et la stabilité politique en Haïti.

En conséquence, les organisations suivantes membres du Mouvement Point Final , Fondasyon Viktwa , Rèv Zansèt yo, KTA, Chimen lakay, Vodou lakay, Zantray peyizan, Fanm Ak, Jenès konsekan, Fondasyon anba tonèl, Tikay Fanm, Gran lakou, Abitasyon lafrik Ginen, Fondation Marie Claire Heureuse demandent dans le cadre de l’application de la Résolution 2653 du Conseil de sécurité des Nations-Unies par les ambassades des États-Unis et du Canada qui ont déjà pris des sanctions contre des acteurs politiques et des membres du secteur économique du pays de connivence avec les gangs armés, à prendre aussi des sanctions contre Helen La Lime pour avoir contribué dans la mise en place de la fédération des gangs G9 en fanmi et alliés qui sème la terreur dans le pays depuis près de 4 ans.

De plus, ces organisations comptent porter plaintes auprès du Tribunal de Paix international et la Cour Pénale Internationale contre Madame Helen La Lime pour crimes contre l’humanité en Haïti.

LIRE AUSSI

PressLakay