Des résidents de Carrefour dénoncent l’implication des jeunes de la commune dans les violences

Des résidents de Carrefour dénoncent l’implication des jeunes de la commune dans les violences

Suite à la journée de tension qu’a connu Carrefour, hier jeudi, des résidents de cette commune limitrophe de Port-au-Prince ont dénoncé l’inaction des forces de l’ordre mais également l’implication présumée des jeunes de cette zone dans les activités criminelles.

Depuis le début de février dernier, la tension ne cesse de monter dans la commune de Carrefour, située au sud de la capitale haïtienne. Une situation alarmante qui monte que la région métropolitaine est totalement sous l’emprise des bandes criminelles qui sévissent un peu partout à travers le pays.

Des résidents se font assassiner, parmi eux des policiers ; le principal commissariat dénommé Omega pris d’assaut par les gangs armés ; les activités généralement bloquées pendant plusieurs jours, c’est le bilan de deux attaques armées qu’a connu cette partie du pays durant cette période.

Dans ce contexte marqué par l’aggravation du climat de l’insécurité, les résidents ont dénoncé ce qu’ils appellent la « malveillance » de certains jeunes de la commune qui sont de connivence avec les bandes criminelles pour mettre en feu et à sang la zone qui avait été autrefois paisible.

“Ce n’est pas possible que des jeunes qui sont élevés dans la commune décident de se mettre du côté des bandits pour attaquer la zone. C’est inacceptable”, a fait savoir un habitant de Carrefour

Face à la montée des violences dans la commune, des résidents n’ont pas manqué aussi l’occasion d’exprimer leur colère en raison de la passivité des agents de l’ordre lors des dernières attaques perpétrées par les bandits lourdement armés.

“Ce n’est pas possible que des bandits font irruption ainsi dans notre commune et prendre d’assaut son principal commissariat” ont-ils reproché

Une nouvelle attaque des bandits criminels, identifiés comme membres du gang criminel dirigé par Krisla à Fontamara, jeudi, dans la commune de plus de 800 000 habitants a fait au moins sept morts parmi eux un agent de la Police Nationale d’Haïti.

Alors que la situation sécuritaire se dégénère dans la capitale haïtienne, la commune de Carrefour qui jusque là semblait épargnée des violences semble désormais entré dans le collimateur des individus lourdement armés.

LIRE AUSSI

PressLakay