Détention préventive prolongée : Près d’une centaine de mineurs en conflit avec la loi sont concernés, selon l’OPC

Haïti: l'Office de la Protection du Citoyen condamne l'assassinat de Me Roberson Louis

D’après l’Office de Protection du Citoyen (OPC), un total de 90 mineurs qui sont en conflit avec la loi font face à la détention préventive prolongée. Face à cette situation, l’organisme de défense des droits humains a exprimé, lundi 20 novembre 2023, à l’occasion de la journée mondiale des droits des enfants, sa préoccupation et demande aux autorités concernées d’agir au plus vite.

La détention préventive prolongée témoigne le dysfonctionnement de l’appareil judiciaire en Haïti. Dans tous les centres carcéraux, les détenus sont gardés alors qu’ils n’ont jamais été présentés devant leur juge. Bien que des efforts ont été consentis pour remédier au problème, cela n’empêche pas que la détention préventive prolongée demeure dans les prisons plus particulièrement au CERMICOL. Une situation qui préoccupe davantage l’OPC.

En effet, selon cet organisme de défense des droits de l’homme, 90 mineurs sur un total de 91 incarcérés dans le Centre de Rééducation des Mineurs en Conflit avec la Loi (CERMICOL) logé à Delmas 33, font face à la détention préventive prolongée. D’après la structure qui se dit préoccupée par cette situation, les conditions de vie de ces enfants en conflit avec la loi sont à déplorer.

“Au cours d’une visite au CERMICOL, samedi dernier, nous avons rencontré les mineurs, les accompagner, mais aussi constater dans quel mesure les responsables du centre les traitent afin qu’ils puissent être réinsérer dans la société. Malheureusement, nous avons pu observer que la grande majorité de ces enfants n’ont pas été présentés devant leur juge” a assuré Raphaël Theoma Daniel, directeur de promotion et responsable de la communication de l’OPC.

À l’occasion de la journée mondiale des droits des enfants, il est toujours bon de penser à ceux qui sont incarcérés dans les centres de rééducation pour mineurs. Non seulement leur prêter attention mais aussi leur prêter main forte. Même s’ils sont détenus cela ne veut pas dire pour autant qu’ils sont dépourvus de droits. Que les responsables et ceux qui en sont capables les accompagnent afin qu’ils puissent réintégrer au mieux la société en bon citoyen.

LIRE AUSSI

PressLakay