Dibango dévoile au public une autre facette de lui-même

Dibango dévoile au public une autre facette de lui-même

Si tout le monde s’attendait un jour à ce que Ralph Dibango revendique finalement et ouvertement son haïtienneté en s’exprimant en créole, l’occasion s’est bien présentée, dimanche 13 août dernier, à l’émission « Pi Lwen Ke Zye ». Toutefois, le jeune adolescent en a bien profité pour prendre à contre-pied des followers qui lui font des propositions compromettantes tout en pensant qu’il va garder tout pour lui-même avant de finir par céder.

Dibango dévoile au public une autre facette de lui-même

Il ne fait aucun doute. Dibango Dibanga que l’on connaît si bien a mûri. En effet, l’adolescent qui a suscité récemment une polémique sur les réseaux sociaux en ce qui a trait à ce que certains considèrent comme une audace, plutôt agaçante, et que d’autres qualifient plutôt d’ingéniosité précoce, ne s’est pas fait prier pour montrer une autre facette de lui-même. Étant la cible de nombreux critiques, aux allures injurieuses, allant même jusqu’aux menaces, vis-à-vis de sa manie de parler, ses gestes et son refus catégorique de s’identifier en tant qu’Haïtien natif natal, l’extraterrestre, comme il se surnomme dans son titre à succès qui porte le même nom, a finalement mis les choses au clair.

Intervenant à l’émisson « Pi Lwen Ke Zye », présentée par l’animateur Junior Rigolo, le natif de Mirebalais, accompagné de sa manager s’est bien exprimé dans un créole typiquement haïtien. Ce qui a, tout de même, surpris un peu ses fans et même ses détracteurs qui en avaient plus qu’assez de son français aux accents ouest-africain. Cependant, ce n’est donc pas l’utilisation qu’il a fait de notre bon vernaculaire qui a pu tenir en haleine l’audience mais plutôt ses révélations qui font tomber le masque de l’hypocrisie de plus d’un, sous couvert d’un assistanat que le jeune ambitieux a toujours sollicité.

« Parfois, certains followers me font des avances en m’envoyant sur mon compte Zell de l’argent, 500 dollars, 1000 dollars, etc. Quelques jours après, ils me proposent des rendez-vous en tête à tête que je suis bien obligé de refuser categoriquement car ces derniers insinuent ainsi que leurs encouragements doivent être suivis de gratifications [sexuelles] », a indiqué Dibango Dibanga.

Alors qu’un grand nombre de ceux qui supportent celui qui a toujours été perçu comme un mystère font partie de l’industrie musicale haïtienne, dénommée « HMI » ou encore des membres de la diaspora, on peut sous-entendre, d’après Ralph Dibango, que pour certains d’entre eux, qu’il fasse son nom dans le secteur, il doit être prêt à donner un peu de sa personne. L’animateur Junior Rigolo ne s’en prive même pas pour dénoncer l’« HMI » derrière de tels agissements.

Pris entre le marteau et l’enclume, comme ci cela ne suffit pas, le jeune adolescent bourré de talents doit aussi faire face à un autre problème puisqu’il est désormais dans le viseur de jeunes filles haïtiennes et même des garçons qui ne cessent de lui envoyer leurs parties intimes.

« Habituellement, je reçois, au nom de Dibango, des messages de jeunes filles haïtiennes, et même des jeunes garçons, qui envoient des photos de leurs parties intimes » a poursuivi sa manager, Mme Landie, soulagée d’être là pour empêcher à son protégé de les regarder contre son gré.

L’extraterrestre, comme il se surnomme, n’a pas hésité à se dévoiler la face au grand public. Il ne s’est pas retenu non plus pour révéler une autre facette de l’industrie musicale haïtienne. Peut-être une manière de son ingéniosité de s’accaparer, encore une fois, de toute l’attention comme il l’avait fait auparavant.

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay