Economie: Rareté de carburant en Haïti ou une stratégie d’enrichissement illicite

0 24

Le pays marche de raraté en rareté de carburant. Cette semaine encore, les pompes sont « vides » faute de rationnement selon certains pompistes. Parallèlement le gallon de gazoline de 3,80 litres se vend à plus de 750 gourdes ce vendredi à Port-au-Prince. À qui profite le marché, se demandent des syndicalistes du transport en commun?

Rareté de carburant
Rareté de carburant à Port-au-Prince

Depuis un certain temps c’est le secteur privé qui a la charge d’approvisionner le pays en carburant. Le Bureau de Monétisation des Programmes d’Aide au Développement qui avait cette responsabilité s’en lave les mains donnant toute la latitude au secteur privé de commander le carburant puisque le pays ne le produit pas.

À Port-au-Prince, ce vendredi 10 juin, la quasi totalité des pompes ne fonctionnent pas. Les motards sont dans la tourmente. Dans le marché informel, le prix du gallon de gazoline atteint déjà plus de 750 gourdes alors que le prix normal est de 250 gourdes à la pompe. Nous avions rencontré des motards.

 » La situation se complique jours après jours pour nous. J’étais à Delmas je fais presque le tour de la ville à la recherche du carburant. Au final la petite quantité que j’avais dans la motocyclettte a pris fin. J’ai dû pousser la motocyclette pendant un bon temps avant d’acheter un gallon de Gazoline pour 900 gourdes, ce vendredi a Delmas », explique Amos Israël. D’autres motards ont eu des témoignages de ce même genre, le prix varie d’un endroit à un autre dans ce marché informel.

Selon des syndicalistes du transport en commun dont Changeux Méhu et Sonson Dumé, la rareté que l’on remarque assez souvent dans le pays, c’est une rareté provoquée. Car disent-ils, certaines pompes de la capitale sont alimentées mais ne décident pas de distribuer le produits aux gens qui sont dans le besoin. Ils disent voir dans cette démarche la volonté des acteurs d’augmenter le prix du produits à la pompe.

l’État doit reprendre le contrôle du carburant selon ces syndicalistes

Lors d’une entrevue avec ses syndicalistes ce vendredi matin, ils étaient assez clairs sur le sujet. « l’État doit reprendre le contrôle de l’achat du carburant », réclament-ils. Ces derniers parlent également de la nécessité pour le gouvernement de construire un terminal dans chaque département du pays en vue d’éviter que les autres départements soient dépendants de la capitale haïtienne déjà prise en otage par les groupes armés.

Une telle demande n’est pas seulement l’affaire des syndicalistes du transport en commun puisque au moment où le terminal de Vareux a été bloqué par les groupes armés du G9, plus d’un pensait qu’il était nécessaire de ne plus concentrer le carburant à Port-au-Prince. Aucune décisions n’est donc prise à ce sujet.

Les autorités perdent la bataille contre la vente illicite du carburant

Même s’il y a rareté de carburant, certaines pompes ne sont jamais en rupture de stocks. Et lors des visites d’inspection du ministère du commerce, les agents dudit ministère ont découvert que certaines stations de service ont choisi de ne pas distribuer le carburant pendant la journée mais le fait à des personnes pendant la nuit qui vont le détailler au prix fort à longueur de journée, dans le commerce informel.

Les parquets du pays, le ministère du commerce et la police en dépit des rappels sur les sanctions contre la spéculation illicites, la pratique poursuit son chemin et devient normale.

Pourtant l’article 1er de la loi du 20 décembre 1946 qualifie de marché noir toute spéculation illicite, tout fait d’acquisition, de vente, de cession, d’échanges de marchandises au-dessus du prix fixé par les instances concernées ainsi que tout stockage clandestin ou refus de vente en dehors des formes prescrites par les dispositions légales.

Si le pays est en pleine rareté les responsables du Terminal de Varreux ont fait savoir que 71 camions- citernes remplis de gazoline, de gasoil ont quitté le 9 juin, 108 camions le 6 juin, 33 camions le 4 juin et 52 camions-citernes le 3 juin. Et malgré tout les pompes ne distribuent pas de carburant. Mais le marché informel fonctionne en plein régime de quoi enrichir un petit groupe au détriment de la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More