EdH: une institution en panne de courant électrique

0 67

Electricité d’Haïti (EdH) n’existe que de nom. Depuis des années, l’institution qui a la responsabilité de fournir du courant électrique n’arrive pas à faire ce travail. Le rationnement des villes est au plus bas. Les quartiers sont dans le noir. l’ancien président Jovenel Moïse meurt avec son projet d’électrifier le pays 24h sur 24.

EdH, une institution en panne de courant électrique

La descente aux enfers de l’Électricité d’Haïti ne date pas d’hier. Il s’agit d’une chute au fil des années avec l’ensablement du barrage de Péligre, avaient expliqué des techniciens travaillant au sein de l’institution et membres du syndicat des employés pour faire comprendre le manque de performance de l’institution.

Avec les derniers directeurs généraux Michel Presumé et Jean Errol Morose, la situation s’est dégradée. Dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince et les villes de province, les témoignages pleuvent. Et Jean Errol Morose l’actuel directeur disait » EdH a fait le choix stratégique de fournir moins de courant ».

« J’habite sur la route de l’aéroport, zone industrielle. Autrefois, on avait un rationnement presque 24h sur 24. Mais de nos jours, on voit le courant par hasard. Des fois plus de deux mois sans voir la lumière de la Compagnie, explique Annette, une marchande de boissons gazeuses.

Comme Annette de nombreux entrepreneurs moyens de la zone ont, pour pallier le problème de l’énergie recouru avec d’autres alternatives comme les systèmes solaires.

Jovenel Moïse assassiné avec le rêve du courant 24h sur 24

Les détracteurs de Jovenel Moïse avaient toujours montré qu’il était impossible d’électrifier le pays 24h sur 24 avant la fin de son mandat. D’autres allaient plus loin pour qualifier de fausses promesses le dossier du courant électrique.

Cependant, des proches de Jovenel Moïse confirment les démarches initiées auprès de la Turquie peu avant son assassinat.

Avec Ariel Henry au pouvoir, les différents chantiers de Jovenel Moïse sont à l’abandon. Lors de la rentrée parlementaire Joseph Lambert en sa qualité de président du tiers Sénat avait exhorté Ariel Henry à faire avancer certains chantiers initiés par Jomo.

Dans le Nord, Pascal Adrien et son équipe avaient réalisé plusieurs sit-in pour exiger la mise en marche de la centrale de Sainte Philomène. D’autres projets ayant rapport avec le courant électrique sont à l’arrêt, autant dire que Jovenel Moïse meurt avec ses projets.

EdH abandonnée par l’État Haïtien

Selon un membre du Syndicat des employés de l’Électricité d’Haïti, ça va mal pour l’EdH qui fait face à un manque de moyen pour pouvoir répondre efficacement à sa mission. L’argent mis dans le budget pour faire fonctionner l’Institution n’est pas arrivé à destination.

La subvention en carburant pour faire fonctionner les moteurs n’arrive pas depuis après l’assassinat de Jovenel Moïse, precise t-il.

Ainsi, des grandes villes du pays sont plongées dans le noir. Il cite le cas de Saint Marc, Fort Liberté, Jérémie, Gonaïves, Grand Goâve, Petit Goâve sont entre autres villes qui ne voient pas la lumière de l’EdH depuis des jours regrette t-il.

L’EdH face aux entreprises vendant du courant en Haïti

« Le pays ne pourra pas avoir de courant électrique tant que les gens qui accèdent au pouvoir continuent de prendre de l’argent des propriétaires des entreprises vendant du courant en période de campagne électorale », souligne le syndicaliste mentionné plus haut avant de poursuivre:

« Si Jovenel Moïse a fait le nécessaire pour reprendre le contrôle de la centrale de Varreux, des tentatives seraient en cours en vue de remettre la centrale aux responsables de la Sogener. À ce sujet, les avocats de l’État Haïtien avaient crié au scandale tout en dénonçant le patron de la DGI et le ministre de la justice qui seraient derrière le coup », rappelle t-il.

Nombreux sont ceux qui, pour pallier le problème de l’EDH, achètent des génératrices de grand prix pour produire du courant électrique. Et à ce sujet, nous avons remarqué que même l’État ne fait pas confiance à l’EdH car chaque ministère fonctionne sur des génératrices et même les directions générales.

Les employés de l’EdH redoutent une privatisation puisque l’entreprise n’arrive pas atteindre son objectif. Si les directeurs passent les uns après les autres, les problèmes demeurent. La crise de l’énergie continue de faire sa route à un moment où l’énergie constitue un élément indispensable dans le développement. En somme, l’Électricité d’Haïti est une institution en panne de courant électrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :