États-Unis: Biden met la sécurité intérieure entre les mains d’Alejandro Mayorkas, l’avocat cubano-américain qui a défendu la citoyenneté pour les immigrants

0 8

Joe Biden a engagé l’avocat d’origine cubaine Alejandro Mayorkas pour diriger le département de la sécurité intérieure. Mayorkas a précédemment servi dans le DHS sous Barack Obama et a préconisé une voie vers la citoyenneté pour les immigrants.

Mayorkas est né à Cuba mais est venu aux États-Unis avec ses parents lorsqu’ils ont fui le régime de Fidel Castro en 1960. Il a été secrétaire adjoint de la Sécurité intérieure entre 2013 et 2016, et s’il est confirmé par le Sénat, il deviendra le premier immigrant à être mis en charge des frontières américaines.

Tweet Alejandro Mayorkas
Tweet Alejandro Mayorkas

Servant sous Obama, Mayorkas a supervisé la mise en œuvre du DACA, qui protégeait certains immigrants illégaux de la déportation et leur délivrait des permis de travail. Le DACA a été mis en place par Obama par le biais d’un décret, et les efforts du président Trump pour annuler le programme ont abouti à une bataille juridique de plusieurs années, qui a abouti en juillet lorsque l’administration Trump a déclaré qu’elle défierait une ordonnance du tribunal et cesserait d’accepter. Candidats DACA.

Biden a promis de restaurer et d’étendre le DACA, de réinstaller davantage de réfugiés et de demandeurs d’asile, d’annuler les interdictions de voyager de Trump et de mettre fin à la séparation des enfants de leur famille après être entrés illégalement aux États-Unis.

Les militants de l’immigration considèrent Mayorkas comme l’homme juste pour ce poste, et l’avocat latino a reçu des récompenses d’un certain nombre d’organisations pour son travail sur le DACA. Cependant, Mayorkas a également supervisé le département lorsque ses agents d’immigration et de contrôle des douanes (ICE) séparaient les familles au cas par cas, mettaient en cage les enfants et expulsaient plus d’immigrants que pendant toute autre administration de l’histoire.

Le plaidoyer de Mayorkas pour la citoyenneté, associé à sa volonté d’appliquer des politiques d’immigration moins populaires, donnera aux républicains et aux démocrates de gauche amplement l’occasion de faire pression sur lui lors de son éventuelle audition au Sénat.

S/News24

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More