FJKL: « le drame du Cap-Haïtien c’est la faute de l’Etat dans l’application de sa politique de banditisme légal comme méthode de gouvernement »

0 13

Le drame survenu au Cap-Haïtien ne cesse de soulever l’indignation de tous. La Fondasyon Je Klere, structure de défense des droits humains, attristée par la tragédie, pointe du droit le gouvernement haïtien comme véritable fautif. Dans travers une note, cette structure dénonce l’irresponsabilité des autorités et propose des mesures coercitives à prendre par l’état central pour soulager les victimes.

Veuillez lire l’intégralité de la note:

Drame au Cap-Haïtien:
La FJKL déplore la désinvolture qui caractérise la gestion de l’Etat
La Fondasyon Je Klere (FJKL) est profondément attristée et choquée du drame largement évitable survenu au Cap-Haïtien dans la nuit du 13 décembre 2021 quand un camion-citerne transportant des produits inflammables a eu un accident dans le quartier de La Fossette, zone de Samarie.

L’incident a causé près d’une centaine de morts et presqu’autant de blessés dont certains graves, sans compter des dizaines de maisons incendiées et autres dégâts matériels considérables. Les corps calcinés ne sont pas identifiables à l’œil nu ce qui est de nature à renforcer la douleur et le désarroi des parents et des proches des victimes. Le drame du Cap-Haitien est le résultat de la négligence, de l’irresponsabilité et de la désinvolture qui caractérisent la gestion des affaires publiques depuis déjà plusieurs années accentuées par la banalisation du droit à la vie marquant le régime PHTK et alliés.

La tragédie du Cap-Haïtien est la faute de l’Etat dans l’application de sa politique de banditisme légal comme méthode de gouvernement. La faille de l’Etat dans son obligation de protéger le droit à la vie engage sa responsabilité morale et pécuniaire. Il en résulte donc pour l’Etat l’obligation de réparer les victimes et leurs proches. La Fondasyon Je Klere (FJKL) présente ses sympathies émues aux victimes et à leurs parents et demande à l’Etat de:

  • Identifier les corps calcinés par tous les moyens techniques avant les funérailles nationales annoncées ;
  • Réparer individuellement chaque victime identifiée ou leurs héritiers dans le cas des personnes décédées ;
  • Reconstruire le quartier grandement affecté par le drame suivant des normes de construction modernes ;
  • Déterminer les causes de l’accident et de l’explosion et sanctionner les responsables du drame.

Port-au-Prince, le 15 décembre 2021
CP FJKL 15 122021.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More