Force multinationale en Haïti : le Kenya change de position sur la forme de la mission

Force multinationale en Haïti : le Kenya change de position sur la forme de la mission

Lors d’une réunion tenue, vendredi 25 août 2023, à l’Organisation des Nations-Unies, la délégation kényane a abandonné l’idée d’une force multinationale statique proposée au gouvernement haïtien, d’après des informations fournies par Radio Métronome, citant un diplomate Haïtien accrédité à l’ONU.

Force multinationale en Haïti : le Kenya change de position sur la forme de la mission

Après que tous les acteurs, nationaux et internationaux, ont été bien informés de la forme statique que prendrait la mission Kényane qui devra intervenir en Haïti, à savoir que des policiers kenyans seraient déployés sur le territoire pour protéger des infrastructures gouvernementales, nombreux sont ceux qui ont jugé non-nécessaire une telle aide à la PNH dans sa lutte contre l’insécurité. La meilleure option, d’après divers acteurs de la vie nationale, serait que le kenya décide de mener des opérations dans la région métropolitaine visant à démanteler les réseaux de gang criminel.

Alors qu’une délégation kényane avait séjourné trois jours dans le pays et avait discuté avec des acteurs clés dont le Premier Ministre Ariel Henry, celle-ci c’était tout de suite rendue, à New York, aux États-Unis, dans le cadre d’une réunion à l’ONU. Des pourparlers ont eu lieu entre les parties et la délégation kényane a donc changé d’idée sur la forme de la mission qui devra bientôt intervenir en Haïti, d’après Radio Métronome, citant un diplomate Haïtien accrédité à l’ONU.

De ce fait, les kenyans se sont mis d’accord avec les autorités onusiennes à déployer dans le pays des contingents de policiers dans le cadre d’une mission visant à combattre les gangs armés telle que l’avait sollicité le gouvernement ainsi que la population haïtienne.

À un moment où les gangs armés qui terrorisent quotidiennement la population haïtienne, gagnent davantage en confiance, seule une intervention robuste d’une force multinationale pourrait aider à rétablir un climat de sécurité dans le pays, selon plus d’un. Toutefois, les kenyans avaient opté, auparavant, pour la protection des infrastructures gouvernementales telles que les aéroports, les ministères et autres bureaux de l’État, les ports maritimes ainsi que les routes principales.

LIRE AUSSI

Leave a Comment

PressLakay