Force multinationale : l’accord de réciprocité finalement signé entre Haïti et le Kenya

Kenya Haiti

Le Kenya et Haïti ont finalement parvenu à la signature de l’accord de réciprocité sur le déploiement de 1 000 policiers dans le cadre de la Mission Multinationale de Soutien à la Sécurité en Haïti. C’est le Premier Ministre de facto Ariel Henry, actuellement en terre kényane, qui a cosigné le document, vendredi 1er mars 2024.

Il est désormais certain qu’aucune formalité ne peut faire obstacle au déploiement des policiers kenyans sur le sol haïtien puisque, ce vendredi, les gouvernements des deux pays ont finalement bouclé la signature d’un dernier accord concernant la force multinationale. Déplacé spécialement vers ce pays qui entend prendre le leadership de la mission, le chef du gouvernement haïtien Ariel Henry, vivement décrié, a assisté à la cérémonie de signature à la State House de Nairobi. Le Président Kényan Williams Ruto était aussi de la partie.

Depuis que le Kénya a pris la décision de diriger la mission multinationale qui devrait aider la Police Nationale d’Haïti (PNH) à combattre les gangs armés criminels qui sévissent un peu partout en Haïti, les démarches tant du côté de l’ONU que de celui des institutions judiciaires du pays africain ont été longues. Donc, cet accord de réciprocité, exigé par la Haute Cour de justice kényane, consistait en une dernière démarche finalement aboutie.

Le Kénya est désormais disposé à fournir un soutien militaire à la MSS, approuvée par le Conseil de Sécurité des Nations Unies. 1000 policiers kényans seront donc déployés en Haïti. À côté de cet imposant contingent, d’autres pays ont promis d’envoyer des troupes dans le cadre de la mission. C’est le cas du Benin, des Bahamas, de la Jamaïque, du Belize et autres.

LIRE AUSSI

PressLakay