Force multinationale | Rencontre entre le CPT et le BINUH sur la résolution qui autorise le déploiement

Force multinationale | Rencontre entre le CPT et le BINUH sur la résolution qui autorise le déploiement

À quelques jours du déploiement des premiers contingents de policiers kenyans en Haïti, les membres du Conseil Présidentiel de Transition et la Cheffe de la BINUH, Maria Isabel Salvador se sont rencontrés, jeudi 16 mai 2024, à la Villa d’Accueil. La résolution 2699 autorisant le déploiement de la MMS était au menu des discussions.

Plus que quelques jours avant de voir les premières troupes kényanes fouler le sol haïtien dans le cadre de la Mission Multinationale de Soutien à la Sécurité (MMS), approuvée par les Nations Unies. Si les acteurs concernés par le déploiement de la force multinationale préparent l’arrivée de celle-ci notamment par l’envoi de matériels et la construction de site devant l’accueillir, d’un autre côté, les discussions concernant la mission se poursuivent entre les responsables haïtiens et des Nations Unies.

Ce jeudi, à la Villa d’Accueil, les membres du Conseil Présidentiel de Transition, installé depuis deux semaines, ont reçu la représentante spéciale du chef de l’ONU et Cheffe du Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH), Maria Isabel Salvador.

Au cours de cette rencontre, les responsables se sont entretenus sur la résolution 2699, adoptée par les Nations Unies, en octobre de l’année dernière, qui donne droit à la Mission Multinationale de Soutien à la Sécurité d’intervenir en Haïti. Cette entretien entre les membres du CPT et la responsable de l’organisme de l’ONU dans le pays survient à un moment où la force est attendue.

Selon les dernières informations fournies par des sources crédibles, le premier contingent de policiers kenyans, au nombre de 200, devrait arriver dans le pays le 23 mai prochain. C’est la raison pour laquelle, les vols transportant des matériels se multiplient à l’Aéroport International Toussaint Louverture.

En début de semaine, réagissant après l’attaque des bandits armés à Gressier, une commune située à l‘entrée sud de Port-au-Prince, le Conseil Présidentiel de Transition avait déclaré la guerre aux gangs tout en invitant la population haïtienne à rester sereine.

LIRE AUSSI

PressLakay