Haïti: 180 ans après, le ministère de la Culture se souvient du séisme de 1842 qui a écrasé le Nord

0 122

180 ans après, le ministère de la Culture se souvient du tremblement de terre de 1842 qui a écrasé le département du Nord. Dans une note, il souligne que jusqu’au 10 janvier 2010, le tremblement de terre du samedi 7 mai 1842 qu’on a l’habitude d’appeler à tort tremblement de terre du Cap-Haïtien, parce qu’il avait détruit entièrement cette ville, était considéré comme la plus grande catastrophe naturelle ayant frappé Haïti.

Accompagné du seul tsunami qui ait jamais touché le pays, il avait détruit en l’espace de six minutes toutes les villes de la côte atlantique haïtienne. C’est pourquoi nous parlerons dans les lignes à venir de double évènement ou de double catastrophe. Les dégâts les plus importants avaient été enregistrés dans la ville du Cap-Haïtien qui, à l’époque, était une cité florissante qui prospérait par son négoce maritime, ajoute-t-il.

Les meilleurs récits de ce séisme sont dus à une figure importante de la littérature haïtienne, l’écrivain Demesvar Delorme, qui à l’âge de 11 ans, était un témoin direct de la catastrophe.

D’après les évaluations scientifiques qui ont été effectuées posteriori, le séisme qui était survenu à 17 h 00 heure locale avait une magnitude à 8,1 sur l’échelle de Mercalli – la plus élevée qu’on ait jamais enregistrée dans le pays- et était suivi d’un tsunami destructeur, qui avait ajouté ses dégâts à ceux du tremblement de terre.

Il faut souligner des campagnes de sensibilisation sont entamées dans ledit département en vue de sensibiliser la population sur les risques qui pèsent sur le Grand Nord.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :