Haïti-Corruption: des anciens directeurs généraux dans le collimateur de la justice

0 33

La corruption continue de battre son plein à travers les institutions étatiques du pays. Et comme institution de garde, l’ULCC a décidé d’enquêter sur des faits avérés de corruption. Des anciens directeurs généraux sont indexés. Plusieurs millions de gourdes ont été détournées, selon des rapports de l’Unité de Lutte Contre la Corruption.

Des anciens directeurs généraux d'Haïti dans le collimateur de la justice
Des anciens directeurs généraux d’Haïti dans le collimateur de la justice

Il s’agit de dix dossiers de corruption remis au Commissaire du Gouvernement de Port-au-Prince, comme l’avait annoncé l’Unité de Lutte Contre la Corruption. Ces dossiers concernent la gestion d’anciens directeurs généraux dont Léon Charles et Margareth Fortuné, entre autres.

D’abord, on reproche à l’ancien directeur général de la Police Nationale d’avoir donné des avantages injustifiés à des policiers et des membres de l’administration de la police durant son passage à la tête de la PNH.

Des cas de fraudes ont été recensés dans la gestion de l’ancien directeur relatif à l’octroi des cartes de débits. Ainsi, l’Unité de Lutte Contre la Corruption appelle la Cour des Comptes à fixer la responsabilité de Léon Charles qui pour le moment travaille dans la diplomatie haïtienne.

L’ex directrice générale de la Loterie de l’État Haïtien, Marie Margareth Fortuné est accusée d’avoir détourné 40 millions 940 mille gourdes.

Son frère Moïse Fortuné est aussi accusé dans le cadre de ce dossier pour lequel, le Commissaire du Gouvernement de Port-au-Prince Me Jacques Lafontant est appelé à faire ce que de droit.

L’École de Droit des Gonaïves ou le bastion de la mauvaise gestion

Si la relation entre l’École de Droit et des Sciences Économiques des Gonaïves et le rectorat de l’UEH n’est pas tendre, ladite école est au cœur d’un scandale de corruption, selon l’ULCC.

Cette dernière indique que plus de 8 millions de gourdes sont détournées sur le compte de l’école de Droit des Gonaïves en l’espace d’un an.

Ainsi, elle demande au Commissaire du Gouvernement de Port-au-Prince de mettre l’action publique en mouvement contre Daniel Dupiton, Chedelie Cherenfant et Roland Paphius et leurs complices Romain Jacques, Charlemond Louidor, Aimy Marcel et Jacob Philemond.

Une nouvelle crise donc à gérer pour cette école qui ne cesse de pondre des annexes dans la capitale haïtienne pour des professionnels qui n’ont rien appris réellement ( un étudiant en prison y avait terminé ses études de droits).

La Justice Haïtienne mise à l’épreuve

Faible, inexistante, impuissante, les qualificatifs pour parler de la justice Haïtienne ne sont pas en manque. Avec le parquet de Port-au-Prince pris otage et celui de la Croix-des- Bouquets incendié, la justice haïtienne s’est affaiblie d’avantage. Mais avec le dossier d’armes de l’Église épiscopale d’Haïti un (petit) effort est constaté.

Mais à ce stade-ci, les regards sont portés sur la justice Haïtienne qui a la responsabilité de faire la suite sur ces dossiers de corruption et de détournement de fonds publics.

Ainsi, des organisations de droits humains pressent déjà le Commissaire du Gouvernement de Port-au-Prince Me Jacques Lafontant à faire ce que de droit.

Déjà une rude épreuve pour la justice haïtienne souvent reprochée d’être à la merci des autres pouvoirs notamment l’exécutif.

Cependant, le Commissaire du Gouvernement de Port-au-Prince, Me Jacques Lafontant annonce que l’action publique sera mise en mouvement contre les personnes indexées.

Si beaucoup pense qu’il s’agit d’un grand coup pour l’ULCC d’autres par contre se demandent pourquoi d’autres dossiers de corruption impliquant d’autres personnalités ne sont pas traités.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :