Haïti-Crise: La Conférence Épiscopale d’Haïti (CEH) fixe sa position.

0 25

La Conférence Épiscopale d’Haïti (CEH), dans un communiqué publié tôt ce mardi 02 février, demande au Président Jovenel Moïse d’appliquer la loi électorale et la constitution dans son cas comme il avait procédé pour les Sénateurs, Députés et les Maires dans les années précédentes. Partant du principe  » la loi est une pour tous ».

Face à la conjonture actuelle où le pays est au bord de l’explosion, la CEH juge indispensable de fixer la position de l’église qui est toujours du côté du droit, de la vérité, de la justice et du respect de la vie et de la dignité humaine. Une position axée autour de deux constats.

  • Haïti-Crise: La Conférence Épiscopale d’Haïti (CEH) fixe sa position.
  • Haïti-Crise: La Conférence Épiscopale d’Haïti (CEH) fixe sa position.
  • Haïti-Crise: La Conférence Épiscopale d’Haïti (CEH) fixe sa position.
  • Haïti-Crise: La Conférence Épiscopale d’Haïti (CEH) fixe sa position.

Le quotidien du peuple, c’est la
mort, les assassinats, l’impunité, l’insécurité. Le mécontentement est partout, dans presque tous les domaines. Beaucoup de sujets qui fâchent, comme : la manière d’établir un Conseil Électoral Provisoire, la manière de rédiger une autre constitution, etc. a fait savoir la CEH. Soulignant que ce ne sont pas uniquement les ravages du kidnapping qui rendent le pays totalement invivable.

Par ailleurs, la Conférence Épiscopale d’Haïti dit croire qu’au milieu de cette crise socio-politique et économique, alimentée par le venin de la haine et de la méfiance, il faut chercher et trouver le consensus, qui doit être construit par le dialogue social et institutionnel. Ce, pour éviter la catastrophe.

<< Entre l’indifférence égoïste et la protestation violente, il y a une option toujours possible c’est le dialogue >> indique la CEH. C’est uniquement le pont du consensus qui peut aider les différents acteurs à éviter d’un côté comme de l’autre que toute Haïti aille se jeter encore plus au fond de l’abîme.

Les Évêques Catholiques demandent aux haïtiens de faire preuve de discipline, de raison
et de sagesse dans la recherche des intérêts supérieurs de la nation. Ils demandent également à ceux qui ont la mission de veiller sur les vies et les biens, de garantir la sécurité de tous et de porter les escadrons de la mort à mettre de côté leurs armes afin que le kidnapping et l’insécurité soient à jamais bannis sur la terre d’Haïti. Arguant qu’il n’y a pas de point final à la construction de la paix sociale d’un pays sans l’engagement de tous, la CEH appelle les patriotes haïtiens à s’impliquer dans les affaires publiques du pays et à se montrer encore plus dignes des ancêtres.

À l’approche de la date butoir du 7 février, plusieurs secteurs de la vie nationale ont levé la voix pour demander au président Jovenel Moïse de quitter le pouvoir. Un appel rejeté par le locataire du palais national qui ne parle que du courant électrique, du changement de la constitution et d’élections. Selon lui, ceux qui désirent prendre le pouvoir doivent se rendre aux élections.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More