Haïti-Crise : Le Grand Dialogue National initié par Joseph Lambert reporté sine die.

0 73

Le Président du Sénat de la république, Joseph Lambert, dans une déclaration à la nation ce mardi 02 février 2021 sur la situation actuelle du pays, annonce le report sine die du  » Grand Dialogue National  » visant à réunir autour d’une table les protagonistes de la crise politique qui secoue le pays, initié sous son leadership.

Depuis son arrivée à la présidence du Sénat, Joseph Lambert s’est engagé dans un pèlerinage auprès de divers secteurs de la vie nationale en vue de permettre à l’institution sénatoriale de jouer le rôle de médiation dans un dialogue entre l’opposition et le pouvoir. À moins de 24heures de la date du lancement, le dialogue a été reprogrammé.

 » J’ai la pénible obligation de vous annoncer que j’ai décidé de reporter les assises qui devraient se tenir les 3 et 4 février en cours « , a déclaré Joseph Lambert. La montée des tensions, l’indisponibilité de certains acteurs clés m’ont conduit à prendre cette décision de sagesse, a t-il ajouté. Il a toutefois avoué que cette initiative du grand corps a été favorablement accueillie par les différents acteurs, structure du secteur politique et de la société civile.

Joseph Lambert exprime sa ferme détermination à poursuivre cette démarche visant à convaincre tous les patriotes concernés par la dégradation des conditions de vie de la population et les menaces évidents contre l’ordre républicain que seul un dialogue ouvert et inclusif entre toutes les parties peut permettre d’envisager l’avenir avec sérénité.

Avec les élections qui n’ont pas été organisées pour renouveler le personnel politique ; l’occupation des mairies par des agents exécutif intérimaires ; la chambre des députés qui est vide ; le grand corps qui est amputé de deux tiers, le pays sort totalement de l’ordre constitutionnel et républicain depuis le 13 janvier 2020, a lâché l’animal politique.

Le Président du grand corps dit convaincu que seule une solution recueillant le support de différentes parties en présence peut permettre la reconstruction des fondements de la démocratie. Le chaos est à nos portes. Il est encore temps d’agir et l’éviter. Car, a t-il martelé, en l’absence d’un conseil constitutionnel habilité à trancher toutes les questions relatives aux interprétations sur l’application de la loi mère. Le débat contradictoire, quelques soient nos convictions individuelles doit nous permettre d’aboutir à une solution qui s’impose à tous.

Rappelons que plusieurs organisations de la société civile invitées à prendre part à ces assises ont décliné l’invitation.

Francky Belfort

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More