Haïti-Crise Politique: les « commandeurs blancs » sont dans la ville

0 13

Une délégation américaine composée notamment du sous-secrétaire d’État adjoint aux affaires hémisphériques Brian Nichols séjourne en Haïti pour 48 heures. Durant cette visite, la délégation a déjà rencontré des acteurs politiques et des membres du gouvernement dont le premier ministre Ariel Henry. Selon nos informations, ces officiels américains sont là pour faciliter la tenue d’un dialogue devant aboutir à un accord politique entre les acteurs.

L’émissaire Brian Nichols précise que son voyage en Haïti intervient à un moment crucial, alors que les Haïtiens sont confrontés à une flambée de choléra, au blocus des ports par les gangs et à une crise du carburant qui exacerbent la situation humanitaire et sécuritaire.

« Nous restons attachés à la santé, à la sûreté et à la sécurité du peuple haïtien », a fait savoir le secrétaire d’État adjoint aux affaires de l’hémisphère occidental, Brian A. Nichols dans un message sur twitter.

Pour ledit voyage, le sous-secrétaire d’État adjoint est accompagné du lieutenant-général Andrew Croft, commandant militaire adjoint du SOUTHCOM, ainsi que des conseillers et du personnel de la Maison Blanche, du Bureau du secrétaire à la Défense, de l’état-major interarmées, du Bureau des affaires internationales et du Bureau of International Narcotics and Law Enforcement Affairs du Département d’État, selon le département d’Etat américain.

Avec un agenda bien rempli, il a déjà rencontré de nombreux acteurs politiques haïtiens dont le président élu de l’accord Montana Fritz Alphonse Jean.

« M. Nichols et le chargé d’Affaires Stromayer ont exprimé la préoccupation des États-Unis sur l’évolution des cas de choléra en Haïti qui risque de déboucher sur une crise humanitaire. La vigilance doit être donc de mise », selon l’économiste Fritz Alphonse Jean.

L’obligation d’un consensus avant le 21 octobre prochain

Le 21 octobre est la date retenue pour le dossier d’Haïti au niveau du Conseil de sécurité des Nations Unies. C’est aussi durant cette date que le dossier de la demande d’assistance militaire sera analysé par le Conseil. Et dans sa recommandation audit Conseil, le secrétaire général des Nations Unies Antonio Gutteres avait insisté sur la nécessité pour que les acteurs politiques haïtiens trouvent une entente pour faciliter les choses.

Donc l’arrivée des officiels américains est perçue par de nombreux acteurs comme un moyen utilisé par les États-Unis pour faciliter une entente pour un gouvernement provisoire qui aura la tâche d’organiser les élections avec ou sans Ariel Henry.

Donc, avant de partir, les officiels américains ont pour mission de « contraindre » les acteurs politiques haïtiens à trouver une entente pour le bien de leur pays, Haïti.

Il faut toutefois reconnaître que de nombreux acteurs « importants » sur l’échiquier politique ne figurent pas dans les petits papiers des officiels américains, ce qui signifie qu’avant même leur départ, ils pourraient assister à des éventuelles manifestations dans le pays.

Les officiels discutent, mais des marines sont dans la rade de Port-au-Prince

C’est le journal de la Floride, le Miami Herald qui a vendu la mèche dans un article publié ce mardi. Et, les médias haïtiens ont repris la nouvelle.

Il a fait savoir que les États-Unis ont envoyé un important navire de la Garde côtière pour patrouiller les eaux près de Port-au-Prince à la demande du gouvernement haïtien et en « signe de détermination » pour le peuple haïtien alors que la violence des gangs continue de s’emparer de la nation.

« En tant que signe supplémentaire de détermination et de soutien pour le peuple haïtien, les États-Unis La Garde côtière a déployé l’un de ses principaux coupeurs pour patrouiller le large de Port-au-Prince, en Haïti, à la demande du gouvernement haïtien et en étroite coordination avec le département d’État », avait fait savoir un officiel américain au journal.

Selon nos informations, le bateau est dans la rade de Port-au-Prince avec à son bord des marines. Cependant, va t-il aider à faire sortir le carburant du Terminal Varreux bloqué depuis plus de 4 semaines?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :