Haïti-Crise: une nouvelle pénurie de carburant se profile à l’horizon

0 146

Une nouvelle pénurie de carburant frappe à nos portes. Selon le constat de notre rédaction, de nombreuses pompes à essence sont fermées hier mardi 6 décembre 2022. Dans les rares stations qui fonctionnaient, il y avait de longues files d’attente. Et le marché illicite reprend déjà ses droits à Port-au-Prince et dans d’autres contrées du pays.

Rareté de carburant
Rareté de carburant à Port-au-Prince

Le gouvernement qui avait retiré la subvention du carburant pour s’assurer de la disponibilité du produit fait face maintenant à une nouvelle rareté pour laquelle plus d’un souhaite avoir des explications. Mais le ministère du commerce qui ordinairement assure dans les moments d’inquiétudes n’a pas encore communiqué à ce sujet. Pendant ce temps, rares sont les stations à essence qui fonctionnent. Le calvaire des chauffeurs reprend ses droits.

 » J’ai passé toute la route de l’Aéroport, Une bonne partie de Delmas. Aucune pompe n’était en service. Un ami m’a fait savoir qu’il y a une entre Lalue et Champ de Mars qui fonctionnait. J’y suis allé à toute vitesse. S’il est vrai que la station-service fonctionnait mais il y avait tellement de personnes, j’ai quitté sans acheter le carburant », explique Israël, un motard.

D’autres motards catonnés dans la zone du Champ-de-Mars expliquent que pour pouvoir travailler depuis environ une semaine, ils se sont obligés de se rendre dans le marché informel où le carburant se vend déjà à 1500 gourdes le gallon.

 » Les pompes sont à sec. Nous sommes dans une situation difficile. Si rien n’est fait pour redresser le problème au plus vite vous pouvez imaginer ce qui va se passer pour la fin du mois de décembre », craint Amos, lui aussi motard.

La situation s’aggrave dans certaines villes de province

Si à Port-au-Prince le problème de carburant a été résolu depuis fin novembre, mais dans les villes de provinces comme le Sud, le Nord’Ouest et une partie de l’Ouest avaient toujours des problèmes de carburant. C’est le numéro de L’Association Nationale des Proprietaires de Stations Services, Marc André Dériphonse qui, dans un message, avait annoncé la nouvelle.

Ainsi, il avait aussi dénoncé les autorités de l’État qui n’avaient pas donné des moyens pour faire passer le carburant dans des zones difficiles prises en otage par des civils armés à Martissant et à Canaan entre autres.

Et par voie de conséquences, le marché informel prend de plus en plus d’ampleur dans des villes de province où le prix du carburant explose.

« L’ANAPROSS constate,en dépit des dispositions adoptées par les autorités étatiques, que le carburant se fait toujours rare dans le reste du pays (Grand Nord, Grand Sud, Centre et une partie de l’Ouest). Cette situation est due aux manques de moyens mis en place par l’État Central dans la nouvelle structure de prix en vigueur et aux différents coûts (point de passage) auxquels les Propriétaires doivent faire pour acheminer les produits au niveau des stations de service », avait fait savoir l’homme d’affaires.

Après plusieurs mois de rareté ayant tout paralysé dans le pays, voici Ariel Henry et son équipe gouvernementale face à une rareté de carburant qui commence à inquiéter plus d’un d’autant que depuis des années on nous a habitué avec des raretés artificiels au mois de décembre.

Face à la fragilité de la situation, le gouvernement peut-il se permettre le luxe d’une nouvelle rareté malgré le prix doublé des produits pétroliers?

En tout cas, pour l’heure les regards sont sur Qatar où la population se divertit dans les affiches de cette coupe du monde les unes plus intéressantes que les autres. Mais au retour de Qatar, l’on verra ce qui va se passer avec non seulement la rareté du carburant mais aussi le dollar américain qui prend la gourde de vitesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :