Haïti: dans la juridiction de Port-au-Prince, la justice est livrée aux mains des bandits

0 21

Plus d’une semaine après, le palais de justice de Port-au-Prince est toujours aux mains des bandits du gang «5 Segond» qui, lors d’une attaque ont pris d’assaut l’espace. Dans ledit espace est également logé le parquet près le tribunal de première instance de cette juridiction. Le ministère de la justice n’a même pas réagi depuis lors encore moins le CSPN. Plus d’une semaine après, juges, justiciables, parquetier ne peuvent se présenter au niveau de la plus grande juridiction du pays.

Palais de justice de Port-au-Prince

C’était un vendredi noir pour la justice dans la juridiction de Port-au-Prince. Des hommes armés après avoir envoyé leur drone en direction du palais de justice au Bicentenaire pour bien contrôler l’espace, l’attaque par la suite et prends le contrôle. Depuis lors, pas la moindre réaction des plus hautes autorités du pays.

Selon les informations fournies par la Fondation Je Klere (FJKL), des matériels de bureaux au niveau du palais de justice sont déjà en vente à travers les rues de la capitale. Certains dossiers de justice ont été brûlés par ces hommes armés.

Dans une note vocale qui circule à travers les réseaux sociaux, un individu qui se présente comme le numéro Un du Gang «5 Segond» a revendiqué l’acte. Il explique que cette attaque est une réponse aux autorités judiciaires qui accordent la priorité aux prisonniers d’un autre gang pour les libérer au mépris de ceux du gang 5 segond.

La demande du Commissaire du gouvernement de Port- au-Prince n’a pa eu d’effet

Le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Jacques Lafontant dans une correspondance adressée au responsable de la Direction Départementale l’Ouest 1 de la Police Nationale avait sollicité des blindés pour aller libérer l’espace du palais de justice pris en otage par le groupe armé.

Aucune réaction ni de la Direction Départementale de la Police encore moins de la Direction Générale. Tout le monde se tait. Le Ministre de la justice, de l’intérieur, le premier ministre entre autres gardent le silence.

La dernière reaction du ministère de la justice était un tweet pour annoncer la mise sur pied d’une commission d’enquête sur des cas de violation des droits humains dans les Nippes. Et dans l’intervalle les hommes armés transforment le palais de justice en fief de gang.

Un affront à la justice selon Camille Édouard Junior

Depuis la prise d’assaut du palais de justice les réactions des hommes de la basoche pleuvent. Pour l’ancien ministre de la justice et de la sécurité publique, c’est une honte.

De l’avis de Me Camille Junior Edouard l’État ne doit en aucune manière se mettre à genoux devant l’action des criminels. L’ancien ministre de la justice souhaite que l’État mobilise ses moyens pour reprendre le contrôle des espaces placés sous le contrôle des bandits.

Les différentes actions menées par les bandits sont inscrites dans la volonté de ces derniers de démanteler l’État. Les autorités doivent agir en conséquence, a lâché l’ancien locataire du MJSP lors d’une entrevue sur radio Galaxie autour de la question.

À quand la reprise du contrôle du palais de Justice ?

C’est peut-être la grande interrogation qui hante l’esprit des acteurs de la justice. Lors d’une entrevue avec un responsable de l’Association Nationale des Greffiers Haïtiens, Martin Aîné, le greffier regrette que le programme de Gestion Informatisée des cas Judiciaires (GICAJ) implanté par le programme de L’USAID n’a pas vraiment donné l’effet escompté dans l’informatisation des données judiciaires dans les différentes juridictions du pays.

Si les dossiers étaient enregistrés on aurait pas autant de problème après la récupération de l’Espace du palais de justice.

Cependant, nombreux sont ceux qui se demandent avec quel sentiment on va demander a des juges d’instructions, des avocats de retourner au palais de justice après avoir frôlé la mort lors de cette prise d’assaut.

Il faut rappeler que depuis le temps de Me Monferrier Dorval les appels répétés pour relocaliser le palais de justice se multipliaient. Me Dorval était l’un des artisans de cette demande qui jusqu’à date n’a pas encore eu effet sinon la relocalisation du dudit palais de justice de Port-au-Prince se fait encore attendre. Dans l’intervalle l’espace est aux mains des malfrats.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More