Haïti: des femmes ayant des enfants avec des soldats de la MINUSTAH entre l’enclume et le marteau

0 218

Les soldats de la mission onusienne en Haïti ont quitté le pays, laissant derrière eux plusieurs dizaines d’enfants nés de mères haïtiennes. Les mamans de ces enfants bâtards font ces derniers jours avec beaucoup de difficultés pour répondre aux besoins de leurs enfants notamment leurs besoins scolaires. Lors d’une conférence de presse ce mardi en présence de leur avocat, Me Mario Joseph, elles dénoncent le Bureau des Nations-Unies qui ne fait pas cas d’eux.

D’abord, l’avocat de ses femmes, Me Mario Joseph parle d’un combat de longue haleine initié pour le respect des droits des enfants qui sont nés de parents en mission pour les Nations- Unies. Pour l’homme de loi, l’organisation se droit de respecter le droit de ses enfants de vivre avec l’accompagnement de leurs pères.

Il s’en prend à l’État Haïtien qui n’a pas joué sa partition pour que ces enfants puissent être accompagnés par l’ONU. Le ministère des affaires étrangères et des cultes n’a rien fait en terme de suivi puisque les dossiers doivent passer par le dit ministère pour que les suivis soient faits, reconnait l’homme de loi.

Linda qui était présente sur la table au côté de Me Mario, était chargée de partager la tribulation de ses mères qui croupissent dans la misère la plus abjecte avec des enfants de couleurs foncés sans le support de leurs géniteurs.

La rentrée des classes qui inquiètent ses mères

 » Certaines parmi nous ont deux enfants. Pour payer leur scolarité, ce n’est pas chose facile. Il y a une première démarche qui avait été initiée auparavant qui nous avait permis de trouver quelque choses pour payer la scolarité mais ce n’était qu’une goutte d’eau par rapport à ce que représentaient les besoins », a expliqué la dame, avec un masque au visage pour protéger son identité.

Elle rappelle aussi que certaines d’entre elles avaient reçu de petite somme d’argents pour de petits commerce mais qui n’ont pas aidé réellement vu le coût de la vie.

 » Aujourd’hui nous avons besoin du support des Nations-Unies. Les besoins sont énormes mais jusqu’à date les demarches initiées auprès des Nations-Unies n’ont pas donné les résultats escomptés », se désole la jeune mère.

Donc comme toute mère responsable, elle dit souhaiter trouver de moyens pour assurer l’éducation de ses enfants.

Le comportement du BINUH dénoncé

Le Bureau Intégré des Nations-Unies en Haïti demeure l’instance auprès de laquelle ses mères peuvent cracher leur frustration. Cependant, ledit Bureau ne fait pas cas de ses femmes, à en croire Linda porte voix de ses mamans.

Maitre Mario Joseph dénonce aussi le fait que les Nations- Unies comme organisation qui fait promotion du respect des droits de l’homme méprise ses enfants et leurs mères sans une pension alimentaire.

Même si les soldats en question ne sont pas assujetis aux lois haïtiennes, mais Me Mario Joseph rappelle que la paternité responsable fait obligation aux parents de prendre soins de leurs enfants.

Me Mario Joseph se dit déterminé à poursuivre le dossier pour que les Nations- Unies puissent respecter le droits de ses enfants bâtards.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :