Haïti: Des handicapés prennent en otage le bureau du secrétaire d’État pour l’intégration des personnes handicapées.

0 164
Subscribe to our newsletter

Plus d’une cinquantaine de personnes vivant avec un handicap se sont réfugiées au bureau du secrétaire d’État pour l’intégration des personnes handicapées à Nazon. Fuyant le camp lapiste l à Delmas où des bandits font la loi, ces personnes déclarent qu’elles ne laisseront pas l’espace tant que leur situation ne soient prises en compte.

Certains d’entre-eux, torse nus, sont assis avec leurs béquilles ou leur canne à leur côté et écoutent vaguement de la musique évangélique. D’autres font le va et vient. Ces personnes à mobilité réduite s’installent au bureau du secrétaire d’État pour l’intégration des personnes handicapées, comme si c’est leur maison.

Manchots, unijambistes, non voyants, ils vivent avec toute sorte de handicap. Ces citoyens vivaient à camp Lapiste à Delmas 6 depuis le cataclysme du 12 janvier 2010. Mais ils ont dû prendre la poudre d’escampette après que des bandits ont mis le feu dans leur maison. Ils sont à l’école communale de petion-ville. Là, leur situation était lamentable.  » nan lekòl kominal sa, se tankou bèt nou ap viv. Nou pil sou pil, vè ap mache sou nou », nous raconte André Luckner, un unijambiste.

Depuis qu’ils occupent l’espace, ils n’ont trouvé aucune assistance de la part des autorités concernées. Ils font des petites cotisations pour trouver de quoi manger, selon André Lucner.

S’il est vrai que ces citoyens sont à la recherche de mieux-être, ici au bureau du secrétaire d’état, leur situation n’a pas changé. Toutes les portes de l’institution sont fermées. Les handicapés dorment dans de mauvaises conditions.  » lè lapli a ap tonbe,se nan yon ti kwen nou tout gonfle. Gen nan nou ki konn al nan twalèt la, paske okenn pòt nan biwo a pa ouvè », confie un manchot.

Malgré cela, ils n’entendent pas quitter l’espace tant que leur revendication ne soient pas satisfaites. Ces handicapés exigent surtout une maison pour qu’ils puissent vivre.  » Nou pap deplase la toutotan nou pa gen kle kay nou nan men nou « , lancent les handicapés protestataires.
Bien portant ou à mobilité réduite, les autorités en Haïti ne se soucient de personne. À l’heure où les conditions de vie se dégradent de plus en plus en Haïti, les handicapés doivent légitimement et grandement s’inquiéter pour leur avenir, puisque l’État vers lequel ils se tourne est lui-même boiteux.

Subscribe to our newsletter
Subscribe to our newsletter
Sign up here to get the latest news, updates and special offers delivered directly to your inbox.
Subscribe to our newsletter
Sign up here to get the latest news, updates and special offers delivered directly to your inbox.
Subscribe to our newsletter
Sign up here to get the latest news, updates and special offers delivered directly to your inbox.
Subscribe to our newsletter
Subscribe to our newsletter
Sign up here to get the latest news, updates and special offers delivered directly to your inbox.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Subscribe to our newsletter
Subscribe to our newsletter
Sign up here to get the latest news, updates and special offers delivered directly to your inbox.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More