Haïti: Exécution d’Eric Jean Baptiste, le pays pleure le départ d’un patriote, l’ONU exige Justice (PHOTOS)

0 106

L’homme d’affaires et dirigeant politique Éric Jean Baptiste a été assassiné par balles à Laboule vendredi soir. Son chauffeur n’a pas échappé non plus à cette attaque meurtrière. Le pays condamne l’assassinat de ce politicien modéré et patriote pour lequel il reclame justice.

Selon le juge de paix de Pétion-Ville, Clément Noël qui a fait le constat légal, le véhicule dans lequel se trouvait Éric Jean Baptiste et son garde du corps Peterson Virnuïs a été criblé de balles.

  • Eric Jean Baptiste politicien haïtien
  • Eric Jean Baptiste politicien haïtien
  • Éric Jean Baptiste

Il indique avoir constaté 14 impacts de balles. Les agresseurs ont utilisé des armes de gros calibre. Certains projectiles ont transpercé le blindage de niveau 4 (du véhicule).

« J’ai remarqué un impact de balle au niveau du siège arrière où se trouvait Éric Jean Baptiste et qui l’aurait atteint au niveau du bassin. Le corps du chauffeur est méconnaissable. Son crâne a explosé. Il a reçu plusieurs projectiles  » poursuit le juge.

Depuis la confirmation de la nouvelle, les réactions pleuvent. Le pays salue le départ d’un homme qui s’était donné à fond dans le social via sa fondation.

Il était l’un des rares leaders politiques à se tenir auprès de la population durant la période où le Coronavirus faisait rage dans le monde et en Haïti.

Les politiques du pays qui ont rendu hommage à Eric Jean Baptiste le présente comme un politicien modéré qui voyait le pays avant ses intérêts personnels.

Les Nations-Unies veulent des éclaircissements

Les Nations-Unies en Haïti condamnent dans les termes les plus forts l’assassinat, ce vendredi 28 octobre, d’Éric Jean Baptiste, Secrétaire Général du Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP) et ancien candidat à la présidence d’Haïti et de son garde du corps.

Pour l’organisations des Nations-Unies, Eric Jean Baptiste était un homme politique engagé, au service de la consolidation de la démocratie et de l’état de droit en Haïti. Son meurtre constitue une attaque contre ces valeurs fondamentales.

Il est impératif que les circonstances entourant sa mort soient éclaircies et que les auteurs de cet assassinat soient arrêtés et traduits en justice. Il en va de même pour les autres crimes graves commis récemment, notamment le meurtre de Tess Gary, journaliste de la radio LeBon, retrouvé mort dans la ville des Cayes le 24 octobre et la tentative de meurtre à laquelle a échappé Roberson Alphonse, journaliste du quotidien Le Nouvelliste, le 25 octobre 2022.

Laboule, après Yvon Buissereth, Eric Jean Baptiste, l’enquête se poursuit

Le groupe de gang dénommé de Ti makak qui opère à Laboule multiplie les actions meurtrières. Après avoir brûlé au vif l’ancien sénateur du Sud, Yvon Buissereth et son chauffeur, ces derniers continuent prendre en otage la zone.

Ils ont tué au moins trois policiers, 4 marchands illicites de carburant. Ils kidnappent de nombreux citoyens, volent leurs terrains et, leurs maisons entre autres.

Mais toujours pas suffisant pour porter les autorités à prendre le contrôle de cette zone habitée par des gens de la classe moyenne.

Aujourd’hui, Laboule devient une zone de non droit échappée au contrôle de la police avec ce groupe de gang qui met la vie de toute une population en danger.

Il faut rappler que lors de l’assassinat des policiers, la police avait annoncé l’ouverture d’une enquête mais depuis personne ne sait où est passé le résultats de cette enquête annoncée.

Donc, les autorités s’il y en a encore, attendent un prochain crime pour condamner et dénoncer comme le premier ministre Ariel Henry ne cesse de faire à chaque occasion.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :