Haïti-Insécurité : l’AJH demande au gouvernement de garantir la sécurité des travailleurs de la presse  

0 12

 
L’insécurité représente l’un des blocages de la jouissance de la liberté de la presse, selon l’association des journalistes haïtiens. Cette structure, via un communiqué publié ce jeudi 5 mai, appelle à des actions capables de garantir la sécurité des travailleurs de la presse et des médias.

AJH/ cp: MD

Depuis 1993, l’assemblée générale des Nations-Unies a décrété le 3 Mai comme la journée mondiale de la liberté de la presse. À travers cette résolution, l’ONU rappelle aux gouvernements leur engagement via l’article 19 de la déclaration universelle des droits de l’homme que tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour des opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit, rappelle l’AJH. 
 
Selon l’association, depuis plus de 4 ans, certains quartiers de Port-au-Prince sont devenus des frontières pour des journalistes haïtiens. À titre d’exemple, le 14 mars 2018, le photojournaliste Vladjimir Legagneur est porté disparu alors qu’il était en quête d’informations à Grand ravine, banlieue Sud de la capitale. L’AJH rappelle aussi l’assassinat des journalistes Amady Jhon Wesley et Wilguens Louissaint le jeudi 6 janvier 2022 à Laboule 12 pendant qu’ils étaient en pleine réalisation d’un reportage sur le conflit des bandes armées de cette zone.
 
Dans ce document, l’association des journalistes haïtiens fait mention des nombreux gens dont des journalistes qui ont été contraints de laisser leur maison à Martissant le 1er juin 2021 pour échapper à des affrontements entre gangs armés.
 
Depuis le 24 avril 2022, cette même situation est répétée à la plaine du Cul-de-sac où des journalistes et des médias sont les cibles des bandits. Ces actes malhonnêtes sont produits sous les yeux du conseil supérieur de la police nationale (CSPN), ajoute l’AJH.
 
Fort de ce constat, l’Association rappelle au gouvernement l’obligation qui lui est faite de protéger les travailleurs de la presse dans le cadre de leur fonction. Dans le même temps, l’AJH encourage les journalistes et les médias à plus d’engagement et de sens de responsabilité, à travers ce communiqué portant la signature de Jacques Desrosiers, secrétaire général de l’Association des Journalistes Haïtiens.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More