Haïti-Insécurité: les États-Unis mettent de l’argent sur la tête de trois kidnappeurs

0 260

Selon un document rendu public par le département d’État Américain, il annonce avoir mis de l’argent sur la tête de trois kidnappeurs. Il s’agit de Lanmò San Jou Gaspiyay et Vitelhomme Innocent. Ces derniers sont impliqués, selon le département d’État américain, dans l’enlèvement des 16 missionnaires américains et le canadien. L’annonce a été faite le lundi 7 novembre 2022.

Des présumés bandits recherchés pour des actes de kidnapping

Pour ce document du département d’État Américain, ces trois accusés, qui sont inculpés dans des actes d’accusation distincts déposés dans le district de Columbia, comprennent Lanmò San jou, alias Joseph Wilson, 29 ans et Jermaine Stephenson, alias Gaspiyay, dans la fin de la vingtaine, tous deux dirigeants actuels du gang 400 Mawozo, et Vitel ‘ homme Innocent, 36 ans, chef du gang Kraze Baryè.

Le gang 400 Mawozo qui opère dans le quartier de la Croix-des-Bouquets à l’est de Port-au-Prince avait revendiqué l’enlèvement des missionnaires. Le gang Kraze Baryè opère dans les régions de Torcelle et Tabarre en Haïti. Selon l’acte d’accusation, Innocent a collaboré avec 400 Mawozo dans la prise d’otages.

En plus des actes d’accusation pour l’enlèvement des missionnaires, le ministère de la Justice a annoncé des accusations contre quatre autres ressortissants haïtiens qui sont les chefs de trois autres gangs pour deux autres enlèvements de citoyens américains en Haïti.

« Les accusations dévoilées aujourd’hui rappellent la capacité du FBI à atteindre des acteurs criminels à l’étranger lorsque des crimes sont commis contre des citoyens américains », a déclaré le directeur du FBI, Christopher Wray. « Le FBI, avec nos partenaires fédéraux et internationaux, continuera de poursuivre quiconque cible des Américains pour des prises d’otages ou d’autres crimes violents, où qu’ils se trouvent » peut-on lire dans ce document.

D’autres chefs de gangs haïtiens dans les petits papiers de la justice américaine

Après les hommes politiques, les autorités américaines s’adonnent à la traque d’un ensemble de chefs de gangs. Le chef de gang de Grand Ravine, Renel Destina, alias Ti Lapli, 40 ans, a été mis en examen pour prise d’otage.

L’acte d’accusation du gang est d’avoir kidnappé une victime américaine en février 2021, détenant la victime pendant environ 14 jours, période pendant laquelle la victime a été menacée quotidiennement sous la menace d’une arme, tandis que sa famille se précipitait pour obtenir des fonds pour sa libération. La victime a finalement été libérée le 16 février 2021, après le versement d’une rançon, rappelle le département d’État.

Il dénote qu’Emmanuel Solomon, alias Manno, a été inculpé dans le cadre d’une plainte pénale pour l’enlèvement d’un citoyen américain en janvier 2021. Le gang de village de Dieu contrôle des zones au sud-ouest de Port-au-Prince.

La victime a été prise en otage sous la menace d’une arme et détenue pendant environ 11 jours jusqu’à ce que sa famille et ses amis aux États-Unis envoient une rançon à Haïti pour sa libération. Le gang a gardé la voiture et les deux téléphones de la victime, et a finalement relâché la victime le 23 janvier 2021. Manno et d’autres chefs de gang sont actifs sur les réseaux sociaux, publiant des articles sur les exploits du gang.

La décision de mettre de l’argent sur la tête des kidnappeurs qualifiée de ridicule

Les États-Unis comme pays ayant l’un des plus grand service de renseignement du monde n’arrive pas sans passer par d’autres procédés à arrêter des énergumènes qui ont non seulement mis en déroute des américains mais toute la population haïtienne.

Les américains annoncent l’arrivée d’une force multinationale en Haïti, si c’est vrai pourquoi n’attendent-ils pas l’arrivée des soldats pour lancer l’opération visant à rechercher ces criminels, s’interrogent des citoyens?

Il faut aussi souligner que les américains n’avaient pas pris aucune mesure pour empêcher que ses malfrats soient approvisionnés en armes et munitions en provenance de leur pays. Sanction, oui, mais si les mesures étaient prises bien avant, ces derniers n’auraient pas assez de force et de puissance pour empêcher les policiers à faire leur travail.

Une belle offre d’un million de dollars pour laquelle plus d’un pense que les américains ne vont pas trouver preneurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :