Haïti-Insécurité: trois missionnaires dont un couple américain tués par des bandits armés

Haïti-Insécurité: trois missionnaires dont un couple américain tués par des bandits armés

Des individus lourdement armés ont attaqué, jeudi 23 mai 2024, un orphelinat à Lison, commune de la Croix-des-Bouquets. Lors de cette attaque armée, trois missionnaires dont un jeune couple américain ont été assassinés.

Malgré l’arrivée imminente de la force multinationale et le renforcement des capacités opérationnelles de la Police Nationale d’Haïti, les bandits criminels n’entendent décidément pas lâcher prise. Ils pillent, tuent, violent incendient plongeant ainsi la capitale haïtienne et ses environs dans ce qui s’apparente au chaos. Hier jeudi, des individus armés non identifiés ont pris pour cible un orphelinat, située à Lison, dans la commune de la Croix-des-Bouquets.

Lors de cette attaque armée perpétrée par les gangs armés, trois missionnaires qui travaillaient à plein temps dans le pays ont été lâchement tués par les assaillants. Ils répondent au nom de Natalie Lloyd, Davy Lloyd et Jude Montès.

L’information a été confirmée par leur parent Ben Baker, Représentant de l’État du Missouri, aux États-Unis. Plusieurs personnalités américaines dont l’ancien Président Donald Trump n’a pas pris trop de temps pour dénoncer le crime et montrer que la situation en Haïti n’est plus sous contrôle.

“Mon cœur est brisé en mille morceaux. Je n’ai jamais ressenti ce genre de douleur. La plupart d’entre vous savent que ma fille et mon gendre Davy et Natalie Lloyd sont missionnaires à plein temps en Haïti. Ils ont été attaqués par des gangs ce soir et ont été tous deux tués”, a réagi Ben Baker.

“Que Dieu bénisse Davy et Nathalie, une telle tragédie, Haïti est hors de contrôle, trouvez les assassins maintenant “, a écrit Donald Trump.

Depuis que la situation sécuritaire s’est dégénérée dans la région métropolitaine, les autorités concernées n’arrivent toujours pas à reprendre le contrôle de la situation. Dans la commune de la Croix-des-Bouquets, à l’entrée nord de Port-au-Prince, la situation est encore pire dans un contexte où les forces de l’ordre ont livré cette zone aux mains des bandes criminelles. La prison civile a été vidée de ses détenus. Le commissariat de la commune est sous l’emprise des gangs armés.

Dans nos archives

LIRE AUSSI

PressLakay