Haïti: le Collectif Défenseurs Plus plaide pour le respect et la protection des personnes vivant avec un handicap

0 67

Ce 3 décembre rappelle la journée internationale des personnes qui vivent avec un handicap. Le Collectif Défenseurs Plus veut alerter l’opinion sur les droits fondamentaux inhérents à ces personnes négligées et mises de côté dans la société haïtienne. Sachant qu’on est en pleine campagne de sensibilisation des 16 jours d’activisme contre la violence faite aux femmes et aux filles, un accent spécial est mis sur les femmes et filles vivant avec un handicap en Haïti.

Les femmes et les filles en situation d’handicap sont encore plus vulnérables par rapport à ce fléau. Celles qui vivent avec une déficience qu’elle soit motrice, visuelle, auditive ou mentale se voient doublement victimes, a fait savoir le collectif dans une note.

L’organisation explique qu’elles sont souvent marginalisées et subissent de profondes discriminations. Cette situation peut entraîner des pratiques discriminatoires basées sur le genre, un accès limité à l’éducation, aux soins de santé (y compris la santé sexuelle et reproductive), à l’information, à la justice, à la participation civique et politique. De surcroit, elle entraine une dégradation du statut économique et social, un risque accru de violence et de mauvais traitements, y compris la violence sexuelle.

Défenseurs Plus dénonce en réalité, la discrimination et la violence à l’égard de toutes personnes vivant avec un handicap. Dans leur milieu de travail, à l’école ou à l’université, dans leur quartier, au sein de leur famille, dans les rues et même au sein de l’appareil judiciaire pour celles qui ont tenté de porter plainte contre leurs bourreaux, il n’existe pas une forme de protection à leur égard.

Madame Soinette DÉSIR, ex-Secrétaire d’État à l’Intégration des Personnes Handicapées (BSEIPH) rapporte que les victimes abusées et agressées, souvent sans défense en raison de leur handicap intellectuel ou physique, souffrent doublement puisque leurs bourreaux ne sont pas poursuivis par la justice.

La construction d’une société démocratique exige l’inclusion de tous et de toutes dans la vie sociale, politique, économique et culturelle du pays conformément à la constitution de 1987 et aux conventions internationales ratifiées par la République d’Haïti, a t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :